Les Français en déni de surpoids ?

Près de la moitié des Français sont en surpoids ou obèses. Pourtant, près de 80 % d'entre eux se déclarent en bonne santé selon une étude. Un décalage de perception surprenant ?

Les Français en déni de surpoids ?
© JPC PROD - Fotolia.com

Selon une enquête Opinionway réalisée pour la Mutuelle générale et menée auprès de 2 339 adultes, 30 % sont en surpoids et 16 % sont obèses. Mais étonnamment, près de 80 % des personnes interrogées se considèrent en "bonne santé". Pourquoi ce décalage entre la réalité et leur propre perception ? "Bien que près de 80 % des français se considèrent en bonne santé, ils ne sont pas pour autant dans le déni de ce surpoids et de cette obésité, commente Béatrice Benavent-Marco, nutritionniste. En effet, le sondage montre aussi que la quasi moitié de la population se considère en surpoids. Là, où il y a un paradoxe, c'est qu'une partie de ces français ne réalise pas que de nombreuses pathologies liées directement ou indirectement au poids les menacent. Et pour cause : la plupart de ces pathologies évoluent insidieusement (hypercholestérolémie, diabète, HTA...) et peuvent être détectées tardivement."

Autre résultat de ce sondage, les Français semblent globalement attentifs à la qualité de leur alimentation. Ils l'évaluent en effet comme étant "très bonne" ou "plutôt bonne" à 86 %, variée et équilibrée (73 %) et composée de produits frais (43 %). Même s'ils sont près de la moitié à trouver difficile de consommer 5 fruits et légumes par jour, ils en mangent en moyenne 3 par jour. Seuls 20 % des personnes obèses considèrent leur alimentation "plutôt mauvaise". La tradition des 3 repas par jour est encore respectée par 60 % des personnes interrogées. Enfin seulement 11 % des sondés disent manger au moins une fois par semaine dans un fast-food. "C'est vraiment une bonne chose, les Français ont globalement la volonté de prendre soin de leur santé, nous confirme Béatrice Benavent-Marco. Pour autant, les enquêtes alimentaires que je fais quotidiennement auprès de mes patients montrent que bon nombre de personnes pensent bien s'alimenter mais commettent des erreurs sur la base d'informations erronées ou d'idées reçues dans ce domaine. A cela s'ajoute la multitude de produits proposés par l'industrie agroalimentaire et l'évolution de la qualité de notre alimentation." A noter que 1 Français sur 4 a déjà consulté un diététicien selon ce sondage.
Côté activité physique, 2/3 des Français pratiquent un sport. Parmi eux, 14 % pratiquent occasionnellement une activité, 17 % régulièrement mais moins d'une fois par semaine et quand même 69 % au moins une fois par semaine. Top 3 des activités physiques les plus prisées : la marche à pied (37 %), le vélo (16 %) et la natation (13 %). Les obèses sont toutefois un peu moins assidus, avec seulement 49 % des sondés qui pratiquent une activité physique ou sportive. Reste que les principaux freins évoqués sont le manque de temps et de motivation, mais aussi d'argent (pour 14 % des sondés).

Enfin, autre enseignement de l'étude : l'obésité touche davantage les inactifs (20 %) et les 50-64 ans (21 %). Les jeunes (18-24 ans) et les CSP + sont les plus épargnés.

L'obésité et le surpoids sont en constante progression dans le monde et en France. On parle de surpoids lorsque l'indice de masse corporelle (IMC) est situé entre 25 et 30 et d'obésité au-dessus de 30. Au-delà des répercussions psychologiques et sociales, ils ont des conséquences dramatiques sur la santé. Surpoids et obésité favorisent en particulier les maladies cardiovasculaires et le diabète.

Lire aussi