Syndrome du canal carpien : quand les doigts s'engourdissent L'attelle et les infiltrations sont prescrits avant l'opération

l'opération a lieu sous anesthésie locale ou loco-régionale.
L'opération a lieu sous anesthésie locale ou loco-régionale. © chagin - Fotolia

Une fois le diagnostic posé, plusieurs prises en charge sont possibles mais elles sont généralement essayées dans cet ordre :

 L'attelle est proposée en première intention. A porter la nuit, elle permet d'éviter de dormir avec le poignet fléchi (ce qui aggrave la compression et provoque les douleurs nocturnes).

 Les infiltrations de corticoïdes sont utilisées pour diminuer l'œdème. Elles jouent le rôle que le cortisol ne joue pas assez. Elles permettent donc de diminuer la pression dans le canal. Toutfois, cela n'est qu'une solution temporaire. Généralement il faut en faire plusieurs, à plusieurs mois d'intervalle. En plus, les corticoïdes sont néfastes pour les tendons, on limite donc à trois infiltrations par poignet.

 L'opération reste la solution radicale : il s'agit de couper le ligament pour libérer le nerf. Elle est utilisée soit lorsque le nerf est très comprimé, soit après trois infiltrations. La section du ligament permet d'agrandir le tunnel carpien et donc de diminuer la compression du nerf médian. Il existe différentes techniques opératoires, mais les résultats sont les mêmes, quelle que soit la technique. Le plus important est de laisser le chirurgien effectuer la technique qu'il connaît le mieux pour obtenir les meilleurs résultats.

L'opération a lieu sous anesthésie locale (juste la main) ou loco-régionale (tout le bras). L'anesthésie générale est rare et évitée autant que possible.

Les antalgiques inefficaces

"Une seule main est opérée pour éviter d'handicaper davantage le patient pendant les plusieurs mois de convalescence. Mais il est hautement conseillé de se faire opérer l'autre côté rapidement, un an après en moyenne, le temps de la cicatrisation. La raison est simple : il est indispensable d'opérer avant que le nerf ne soit trop abîmé si on veut une bonne récupération, détaille le Pr Liverneaux. Le repos en dehors du post-opératoire n'est pas conseillé en cas de syndrome du canal carpien : il faut continuer à vivre, ce n'est pas une maladie grave !", précise le médecin.

 Les antalgiques sont inefficaces pour soulager ce syndrome. De même, la prescription de magnésium est utile en cas de spasmes mais pas dans le cas du syndrome du canal carpien. L'acupuncture est à éviter si les nerfs sont déjà comprimés.

Sommaire