Impatiences des jambes : que faire au quotidien ?

Impatiences des jambes ou jambes sans repos Les impatiences, ou syndrome des jambes sans repos, provoquent des sensations désagréables dans les jambes que seuls des mouvements peuvent soulager. Quelques petits conseils pour apprendre à ne plus se laisser déranger par ces jambes incontrôlables.

jambes sans repos
Le syndrome des jambes sans repos se caractérise par des sensations désagréables au niveau des jambes qui apparaissent la nuit, en position allongée. © Studio DER - Fotolia.com

Les impatiences, ou syndrome des jambes sans repos, sont une atteinte très peu connue du public et du corps médical. Elles se manifestent la plupart du temps la nuit, souvent au moment du coucher, la position allongée favorisant l'apparition des picotements, fourmillements et autres sensations désagréables caractéristiques de cette maladie qui touche environ 8 % des Français.

Des causes peu connues

Les origines de ce syndrome restent encore mal connues. Néanmoins, il semble que la génétique puisse jouer un rôle important. D'autres indices laissent à penser qu'une pertubation du système dopaminergique (contrôle des fonctions motrices notamment) soit en cause. Certaines carences en fer ou en vitamines (B12 ou B9) peuvent être également des facteurs déclenchants ou aggravants. De même que les maladies chroniques comme le diabète ou l'insuffisance rénale.
En tout cas, ce syndrome ne remet pas en cause le pronostic vital, et dans ce sens, n'est pas considéré comme grave. Néanmoins, les formes les plus sévères, 20% des cas, peuvent créer une gêne quotidienne vraiment très pénible.

Un besoin impérieux de bouger les jambes

Dès l'apparition des premières sensations désagréables au niveau des membres inférieurs, les personnes ressentent un besoin impérieux de bouger les jambes, de marcher jusqu'à disparition des sensations désagréables. Le syndrome des jambes sans repos est également associé à des mouvements périodiques pendant le sommeil. Il s'agit de mouvements des jambes, souvent en début de nuit, qui ne sont pas ressentis par celui qui bouge mais par le partenaire qui se plaint de coups de pieds ou du sommeil agité de son conjoint.

Un trouble du sommeil

Celui qui bouge doit quant à lui subir des micro-réveils qui perturbent notablement la qualité du repos. Ainsi, le syndrôme des jambes sans repos peut entraîner d'importants troubles du sommeil pouvant se traduire par des épisodes de somnolence dans la journée, des pertubations de la mémoire, de la concentration, des troubles de l'humeur et une certaine irritabilité. Le syndrome est d'ailleurs classé trouble du sommeil.

Les victimes appréhendent donc le coucher censé être le meilleur moment de la journée et éprouvent des difficultés certaines à s'endormir. Il existe de nombreuses situations à risque que les victimes évitent dans la mesure du possible alors que quelques gestes et automatismes simples permettent d'apprivoiser ces jambes indomptables.

Prévenir l'apparition des symptômes

 Si vous ressentez quelques-uns des symptômes décrits ci-dessus et que vous ne savez pas vraiment de quoi il s'agit, n'hésitez pas à consulter votre médecin. Seule une réelle prise en charge médicale permettra de diminuer l'apparition et la gravité des symptômes.

 Eviter ce qui peut faire apparaître ou aggraver les symptômes :
- Thé.
- Café.
- Alcool.
Certains médicaments sont à proscrire car ils sont reconnus comme facteurs aggravants :
- Neuroleptiques.
- Betâ-bloquant.
- Antidépresseurs.

 Avoir une bonne hygiène de sommeil : on ne répètera jamais assez à quel point le sommeil est important à tous les égards, et c'est encore plus vrai pour les personnes qui souffrent d'impatiences.
- Veiller à avoir des horaires de coucher et de lever réguliers.
- Créer un environnement favorable au sommeil (pièce séparée, pas de fenêtres ouvertes, volets fermés, lit spacieux)

 Apprendre à gérer le stress. La fatigue et le stress peuvent contribuer à l'apparition ou à l'aggravation des symptômes.

 Préférer, dans la mesure du possible, des sorties matinales ou dans l'après-midi. Si vous devez sortir le soir, prévenez votre médecin pour qu'il puisse changer l'horaire de prise de vos médicaments. Ne changez rien en l'absence d'un avis médical.

 Si vous devez prendre l'avion ou faire un long voyage en autocar, veiller d'une part à voyager de jour, et d'autre part, à vous placer près de l'allée pour pouvoir marcher et étendre les jambes dès que le besoin s'en fait sentir.

 Si vous êtes sportif, faire vos exercices quotidiens le matin et éviter les sports requérant un gros effort musculaire au niveau des jambes ( tennis, football, vélo, course à pied, etc.).

Pendant les crises :

Il n'y a pas que des mouvements des jambes qui peuvent soulager. D'autres gestes, tout aussi simples, peuvent s'avérer très efficaces pour arrêter au plus vite les sensations désagréables qui encombrent les jambes :

 Massages locaux pour détendre vos jambes.
 Application de compresses d'eau froide (ou chaude selon les cas) pour favoriser la circulation sanguine et faire disparaître les sensations désagréables.
 Déambuler, errer, marcher, le plus longtemps possible.
 Une activité intellectuelle soutenue permettra de focaliser votre attention ailleurs pour atténuer les symptômes.

 Des questions sur les impatiences ? Posez-les sur le Forum Santé ! 

Vos témoignages

A lire aussi

Sommeil