Entraîner sa mémoire : idée reçue ou réelle efficacité ? Mémoire et alimentation

le poisson est bon pour la mémoire : mythe ou réalité ?
Le poisson est bon pour la mémoire : mythe ou réalité ? © Africa Studio - Fotolia.com
Tout comme l'ensemble de notre organisme, notre cerveau est sensible aux aliments que nous ingérons, nécessaires à son bon fonctionnement. Peuvent-ils pour autant améliorer notre mémoire ? Le poisson est-il vraiment recommandé ?

Les relations entre nutrition et santé sont de plus en plus prises au sérieux, notamment pour prévenir l'apparition de certaines maladies. Et la mémoire n'y échappe pas. Pour autant, sachez que les bienfaits que peuvent apporter certains nutriments tels que les oméga-3 ou les vitamines B ne sont pas si évidents. "Certes, ils sont bons pour notre mémoire, mais les effets restent infimes comparés à ce que peut apporter une bonne hygiène de vie", précise le Pr Eustache avant d'ajouter "ce n'est pas ça qui modifie réellement notre mémoire".
Rappelons tout de même quelques règles de base : évitez les excès de graisses et d'alcool, néfastes pour notre mémoire. Côté graisses, il s'agit en particulier des graisses saturées (viande, beurre, fromage, lait...), qui agissent négativement sur les fonctions cognitives. Quant à l'alcool, il contribue à ralentir l'activité du cerveau, avant d'entraîner à long terme une certaine confusion, des pertes de mémoire ainsi que d'attention. Par ailleurs, évitez une alimentation avec une teneur en sucres rapides trop élevée pouvant altérer certaines régions du système nerveux central, en plus de favoriser l'obésité.
 Le poisson, bon pour la mémoire : idée reçue ?
Le poisson est certes bon pour la santé, mais ses richesses en phosphore ne sont pas particulièrement recommandées pour les neurones. Un mythe brisé ? Pas tout à fait. Ne négligez pas la contenance en oméga-3 des poissons gras (saumon, sardine, hareng, anchois...) qui stimuleraient la concentration et les capacités d'apprentissage. Par ailleurs, un régime "méditerranéen" (huile d'olive, fruits et légumes entre autre) freinerait le déclin de la mémoire, selon une récente étude américaine dont les résultats ont été publiés dans la revue Neurology.

Sommaire