Entraîner sa mémoire : idée reçue ou réelle efficacité ? Lutter contre une mémoire qui flanche

activités intellectuelles et physiques, hygiène de vie saine et relations
Activités intellectuelles et physiques, hygiène de vie saine et relations sociales pour l'entretien de sa mémoire. © goodluzz - Fotolia.com

Nombreux sont ceux qui se plaignent de leur mémoire avec l'âge. Quelles activités pour l'améliorer ? Pourquoi avons-nous la mémoire sélective... Quelques pistes.

Pas de panique, le déclin de la mémoire est une des caractéristiques du vieillissement normal de la mémoire. Avec l'âge, la mémoire de travail, ou mémoire à court terme, ainsi que la mémoire épisodique, qui permet de se souvenir des évènements vécus avec leur contexte, sont les plus touchées.
Il est cependant possible d'entraîner notre mémoire. Oui, mais comment ? Selon le Pr. Francis Eustache, neuropsychologue responsable d'une unité de recherche INSERM au CHU et à l'Université de Caen, il n'existe pas de recette miracle : plus que des exercices spécifiques et rapides, il préconise de "conserver des activités intellectuellement stimulantes au quotidien". Lecture, mots croisés, sodoku, peinture, etc., tout est un bon prétexte pour faire travailler ses neurones ! A condition que ces loisirs soient réalisés sans stress et par plaisir.

Par ailleurs, certaines activités auxquelles on ne penserait pas spontanément peuvent être réellement efficaces pour entraîner la mémoire. Le jardinage en est un bon exemple. C'est un passe-temps complet et stimulant du fait qu'il demande de respecter certaines règles (météo, saisons, lune...). Et puis, faire son jardin, c'est physique ! Car en effet, les activités intellectuelles ne sont pas les seules à avoir des vertus pour notre cerveau. A cela s'ajoute "une bonne dose de relation sociales et le respect d'une hygiène de vie convenable", complète le Pr. Francis Eustache. Une alimentation saine et un sommeil de qualité sont en effet des facteurs primordiaux, nécessaires au bon entretien de notre mémoire.
Retenez donc que la prévention contre le vieillissement et les pertes de mémoire s'effectuent tout au long de la vie. C'est un mode de vie, plus qu'un comportement de prévention en particulier qu'il faut recommander pour l'améliorer.

 Bon à savoir : avoir la mémoire sélective n'est pas forcément le signe d'une mémoire sur le déclin. Le fait de se souvenir d'un évènement plus que d'un autre est lié à notre vécu, aux évènements qui nous ont marqué ou plus simplement à nos centres d'intérêt. Par ailleurs, tout le monde n'a pas les mêmes capacités de mémorisation.
 Pour la petite histoire, les femmes auraient une meilleure mémoire que les hommes : les capacités de mémorisation des femmes seraient supérieures à celles de la gent masculine. C'est ce qu'a démontré un professeur de l'Université de Cornell aux Etats-Unis, à travers une étude réalisée auprès de 60 étudiants. Les résultats, publiés dans la revue Mémory en juin dernier, indiquent que les femmes mémorisent des informations plus précises et plus justes, contrairement à leurs homologues masculins, ne leur en déplaise. Des travaux plus poussés devraient être prochainement réalisés afin de comprendre le mécanisme cérébral à l'origine de cette différence de perception.

Sommaire