Programme d'entraînement cérébral : faut-il y croire ? Enfants et actifs : des jeux juste pour s'amuser

l'école constitue le meilleur stimulant qui soit pour les neurones.
L'école constitue le meilleur stimulant qui soit pour les neurones. © Comstock/Thinkstock

Si les programmes d'entraînement cérébral ne représentent pas nécessairement la panacée, il va de soi que le cerveau doit être entretenu par une activité intellectuelle tout au long de la vie, pour rester dans le meilleur état de marche possible.

 C'est pour les enfants que c'est le plus facile. Il n'y a pas de meilleure stimulation que l'école. A leur âge, les neurones, très "élastiques", fonctionnent à plein régime. D'où leur grande faculté à apprendre, à s'adapter, à améliorer leurs raisonnements de jour en jour. Nous l'avons déjà souligné : le cerveau est en pleine construction et il est donc crucial de le stimuler pour qu'il puisse fonctionner à plein régime.

Pas besoin, donc, pour les petits élèves, de stimuler leurs neurones en dehors de l'école et des devoirs à faire à la maison. Ca ne sera donc pas une excuse pour obtenir l'autorisation d'emmener la DS en vacances !

 Pour les adultes de plain-pied dans la vie active, pas de problème de stimulation non plus, sauf à effectuer un travail physique très répétitif. Le simple fait d'avoir les neurones qui chauffent pour rendre un rapport, proposer une solution, réfléchir à une stratégie ou tout simplement dispenser un cours... Permet à votre cerveau de rester en forme.

 Si vraiment votre emploi n'a rien de stimulant sur le plan intellectuel, vous pouvez tout à fait compenser par vos loisirs. Pas besoin de devenir un expert en mots croisés ou d'apprendre l'anthologie des poèmes de Baudelaire par cœur (sauf si ça vous dit, évidemment) : des activités toutes simples suffisent à faire tourner vos neurones pour leur éviter de s'encrasser. Lire, jouer à la belote ou même regarder un documentaire à la télévision constituent des activités "utiles".

Sommaire