Programme d'entraînement cérébral : faut-il y croire ? Pas une mais DES mémoires

chaque type de mémoire correspond à une zone très précise du cerveau.
Chaque type de mémoire correspond à une zone très précise du cerveau. © iStockphoto/Thinkstock

Perdre la mémoire, avoir une mémoire d'éléphant, ou comme une passoire... La mémoire est le plus souvent évoquée au singulier, à l'image du cerveau, qui existe effectivement en un seul exemplaire par personne.

En ce qui concerne la mémoire, c'est une tout autre histoire. Il n'y a pas une mais bien des mémoires plurielles, qui sont, chacune, concentrées dans une partie du cerveau.

 A la base de tout, il y a la mémoire sémantique, la plus difficile à appréhender et sans doute, également, la plus gigantesque. C'est la mémoire des concepts, des acquisitions "définitives". Une sorte de "bibliothèque de nos connaissances", résume Alain Lieury, professeur de psychologie cognitive à l'Université Rennes 2, spécialiste de la mémoire et auteur de l'ouvrage "Doper son cerveau : réalité ou intox ?". Avoir conscience que l'eau ça mouille, que le ciel est bleu (ou pas, d'ailleurs), qu'il y a 7 jours dans une semaine... Tous les concepts appris au fil des ans et qui nous servent au quotidien sont rangés dans la mémoire sémantique.

 La mémoire lexicale, quant à elle, se charge de retenir mots, poèmes et autres noms propres que l'on rencontre sur notre parcours.

 Plus précisément, il existe même une mémoire orthographique, qui fait d'ailleurs souvent défaut à beaucoup d'entre nous !

 La mémoire visuelle existe bien, mais elle n'a pas grand-chose à voir avec la mémoire photographique que l'on évoque souvent (capacité à retenir par cœur une page en quelques secondes, comme si on l'avait photographiée). Ce type de mémoire se décompose lui-même en plusieurs mémoires : celle des formes dans l'espace, des images ou même des idéogrammes, pour les Asiatiques.

 La mémoire procédurale est celle qui nous permet d'entamer des actions : savoir utiliser un crayon et écrire, etc.

Pour faire un raccourci, disons que tous ces types de mémoires sont à ranger dans la catégorie "mémoire à long terme". En informatique, cela correspondrait un peu à l'ensemble des connaissances et données accumulées et rangées dans le disque dur.

Quelques dizaines de secondes

Parallèlement, le cerveau possède également une mémoire à court terme, un peu l'équivalent de la mémoire vive de l'ordinateur. C'est cette mémoire qui nous permet de nous souvenir de ce que l'autre vient de dire, de ce que l'on vient juste de lire, etc. Comme son nom l'indique, cette mémoire est vouée à disparaître à très brève échéance, souvent moins de quelques dizaines de secondes. Elle n'en demeure pas moins très utile pour fonctionner au quotidien. Sans elle, nous ne pourrions pas suivre une conversation ou lire un livre sans recommencer éternellement.

Pour bien comprendre la suite, il vous faut visualiser le cerveau comme une sorte de mappemonde : chaque type de mémoire correspond à une partie précise du cerveau, qui contient environ 100 milliards de neurones.

Sommaire