Tout pour comprendre la sclérose en plaques Une maladie dégénérative qui s'attaque au système nerveux

Sclérose en plaques. Ce simple terme suffit généralement à provoquer une certaine anxiété et ce à juste titre. En effet, cette affection inflammatoire est l'une des toutes premières causes de handicap neurologique. Elle se déclenche généralement chez les adultes encore jeunes et ne les quittera plus, quelle que soit la forme qu'elle aura prise. En France, la sclérose en plaques touche 80 000 personnes, plus souvent les femmes que les hommes.

la sclérose en plaques s'attaque à la gaine du nerf, la myéline, mais aussi au
La sclérose en plaques s'attaque à la gaine du nerf, la myéline, mais aussi au nerf lui-même. Ce processus empêche l'influx nerveux d'être transmis correctement. © L'Internaute Magazine

Si les symptômes, la gravité du handicap et l'évolution de la maladie varient énormément d'une personne à l'autre, le processus est, quant à lui, identique dans tous les cas. La gaine qui se trouve autour des nerfs du système nerveux central (le cerveau et la moelle épinière), la myéline, se trouve détruite par endroits lors de "crises". C'est la démyélinisation. L'influx nerveux est donc moins bien transmis, entraînant toutes sortes de troubles selon le nerf touché. Après ces crises, la myéline peut se reformer, en tout ou partie, et les symptômes ainsi s'estomper voire disparaître, jusqu'à la prochaine crise. Le scénario le plus fréquent étant qu'au fil du temps, ces crises peuvent se rapprocher et l'évolution des symptômes devenir continue, clouant certains malades dans des fauteuils roulants. Plus grave, "depuis peu, on sait que les nerfs sont aussi partiellement détruits lors de chaque crise. Et eux ne peuvent pas se reconstituer, explique le Professeur Philippe Créange, neurologue à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil et membre du comité médico-scientifique de l'Association pour la recherche sur la sclérose en plaques (Arsep). En revanche, les influx nerveux peuvent réussir à trouver d'autres chemins pour faire parvenir l'information à destination."

EN VIDEO : comprendre la sclérose en plaques

Les femmes plus touchées
L'une des difficultés de la maladie réside dans le fait que l'on en connaît très mal les causes. Plusieurs facteurs de risque semblent se cumuler pour aboutir, parfois, au déclenchement de la sclérose en plaques.

 Plus on a habité loin de l'équateur pendant les 15 premières années de sa vie, plus le risque semble être élevé.

 Un terrain héréditaire existe, sans qu'on puisse toutefois parler de maladie génétique. Ainsi, les personnes dont un parent proche est touché auraient 20 à 40 fois plus de risques d'être atteints par la maladie. Mais par ailleurs, si votre vraie jumeau a déclaré la maladie, vous n'avez "que" 30 % de risques de la contracter, alors que vous avez exactement le même patrimoine génétique.

 De même, les femmes sont plus touchées que les hommes, ce qui laisse supposer qu'une composante hormonale pourrait entrer en ligne de compte.

 Certains virus semblent participer à l'apparition de la sclérose. Mononucléose, rougeole ou encore varicelle peuvent être contractés dans l'enfance et pourraient "aider" la sclérose à survenir des années après. Attention, la sclérose en plaques n'est toutefois pas du tout contagieuse.

Pour toutes ces raisons, la sclérose en plaques fait peur, d'autant qu'elle est encore très mal connue du grand public.

 

Sommaire