La maladie de Parkinson en 12 points clé "On m'a dit que mon mari serait grabataire"

8 septembre 1978. Jean-Jacques rentre de chez son médecin et l'annonce tout de go à sa femme : il a la maladie de Parkinson. "Nous ne savions pas ce que c'était, je suis allée chercher le dictionnaire dans le bureau. Globalement, la définition expliquait qu'en quelques années il allait devenir grabataire. Nous étions mariés depuis à peine un an, notre fille avait trois semaines. Le ciel nous tombait sur la tête."

Pourtant, Jean-Jacques s'était rendu chez le médecin sans appréhension particulière, tout simplement parce qu'il s'était mis à écrire mal et tout petit. Son patron n'arrêtait pas de lui faire des réflexions à ce sujet, lui disant qu'il avait une écriture de médecin.

Errance diagnostic

"Il pensait s'être abîmé un nerf en faisant des travaux. Finalement, un neurologue nous a dit que ce n'était pas un Parkinson mais un syndrome extra-pyramidal, qui en clair voulait dire "une forme de Parkinson". Il faut dire que Jean-Jacques était très jeune par rapport à l'âge moyen d'apparition de la maladie, il n'avait que 30 ans. Ce syndrome extra-pyramidal, je ne l'ai pas trouvé dans le dictionnaire. Nous nous sommes donc dit que ça ne devait pas être bien méchant, d'autant qu'avec les médicaments, les symptômes ont disparu. Nous avons vécu ainsi pendant deux ans puis il a commencé à traîner la jambe, ça le fatiguait."
 

Un second neurologue confirme alors le diagnostic du premier médecin : c'est bien un Parkinson. Celui-là n'y va pas par quatre chemins : "Il m'a prise à part et m'a annoncé que mon mari serait grabataire bien avant l'âge de la retraite et que je ferais mieux de refaire ma vie tout de suite avec quelqu'un d'autre ! C'est là qu'on a vraiment pris conscience de la gravité de la situation. Pour autant, on ne nous a rien proposé de spécial, c'était un peu comme une fatalité."

Sommaire