La maladie de Parkinson en 12 points clé Effets secondaires : très handicapants, mais très rares

Peut-être en avez-vous entendu parler : certains médicaments contre la maladie de Parkinson ont fait couler beaucoup d'encre il y a quelque temps déjà. Ils provoqueraient des effets secondaires spectaculaires, sur les plans psychique et social plutôt que physique.

Les agonistes en question seraient responsables :

 d'addictions aux jeux. Or il n'est plus besoin aujourd'hui de se rendre dans un casino pour dépenser des fortunes au Poker ou à la roulette russe : tout est disponible en ligne, sur Internet. " Certains patients y ont dépensé des fortunes. Cela leur a vraiment nui, des procès ont même parfois été engagés ", commente le président du comité scientifique de France Parkinson.

 De dépenses inconsidérées : suite à la prise de ces médicaments, certains malades ont été pris d'une frénésie d'achats compulsifs. Facile, avec une carte bleue, de dépenser l'argent qu'on n'a pas. Difficile, ensuite, de s'en sortir.

 D'addiction sexuelle. "C'est très difficile à vivre pour les proches : le conjoint ou même l'entourage en général peuvent être victimes d'un véritable harcèlement."

Ceci dit, il convient de relativiser ces désagréments : d'abord, ils n'ont été constaté qu'avec 1 ou 2 agonistes de nouvelle génération et non pas avec tous. Ensuite, seule une très faible proportion de malades, entre 1 % et 2 %, développe ces effets secondaires. "Il faut donc essayer de repérer les patients "à risque", afin de leur prescrire un autre médicament avec moins d'effets secondaires", conclut le chercheur.

 

Sommaire