Dr Drunat : "On peut vivre avec la maladie d'Alzheimer" C'est la mémoire qui flanche en premier

 

La maladie d'Alzheimer est-elle récente ou a-t-elle toujours existé ?

Dr Olivier Drunat : Elle a toujours existé sauf qu'on ne l'a définie que relativement récemment. Le Dr Aloïs Alzheimer a décrit la maladie en 1906.


Combien de personnes touchées en France ? Dans le monde ? Est-ce que ça augmente ? Est-ce que c'est dû au vieillissement ou aux conditions de vie ?

En France, ce sont 800 000 patients qui sont atteints. On compte 100 000 nouveaux patients chaque année, 20 millions de patients dans le monde. Un nouveau patient dans le monde toutes les 7 secondes.

Il faut dire que les techniques de dépistage progressent d'où un nombre croissant de patients. En sachant qu'il n'y a que dans les pays industrialisés que l'on sait ce qui se passe réellement.


Quels sont les tout premiers symptômes de la maladie?

C'est assez constant. Ce qui est primordial, c'est l'atteinte de la mémoire. Ce sont des oublis à mesure, c'est-à-dire que l'information n'est pas stockée. Les souvenirs récents disparaissent en premier alors que les faits anciens sont préservés plus longtemps. La maladie évoluant, des symptômes autres que mémoriels apparaissent.

 
Combien de temps peut-on vivre avec cette maladie ? Comment ça évolue ?

On peut dire que c'est une maladie chronique, évolutive. En France, aujourd'hui, l'âge moyen de diagnostic est de 75 ans. Elle évolue sur plusieurs années, en moyenne 8 à 9 ans.

Après les troubles de la mémoire, apparaissent les troubles du langage, des gestes, du raisonnement et du jugement...


Quel est le stade final de la maladie. A quoi doit-on s'attendre?

On ne meurt pas de son cerveau. Les causes du décès des malades Alzheimer sont liées surtout à des problèmes de grabatisation (infections pulmonaires, urinaires, dénutrition, escarres...)


Comment peut-on déceler cette maladie avant les grands signes ? Y a-t-il des tests par exemple ou des examens ?

Oui, il y a des tests spécifiques qui explorent la mémoire. Ils permettent de faire le diagnostic de la maladie d'Alzheimer et de différencier les autres causes de troubles de la mémoire. Se plaindre de sa mémoire n'est pas forcément synonyme d'Alzheimer.

Il faut en parler à son médecin généraliste pour qu'il décide de la bonne évaluation.

Les personnes malades se rendent-elles compte de leur état et en souffrent-elles ?

D'une façon globale, oui. Il est impossible d'affirmer que même un patient très évolué, très malade, ne se rende pas compte, un minimum, de son état de santé. La reconnaissance des troubles est perturbée dès le début de la maladie, ce qui rend difficile la prise en charge. Elle varie selon les malades. Chez un même malade, certains troubles sont reconnus et pas d'autres.

Reconnaître son trouble, ça n'est pas nécessairement reconnaître son handicap. C'est d'ailleurs une caractéristique de la maladie d'Alzheimer, où malgré l'incapacité, les patients continuent à vouloir faire encore.

Y a t-il une souffrance physique au niveau du cerveau (comme par exemple un mal de tête) ?

Non, il n'y a pas de plaintes physiques rapportées par les patients. 

 

Sommaire