Maladie d'Alzheimer : ce que l'on sait des facteurs protecteurs

Le principal facteur de risque de présenter la maladie d'Alzheimer est l'âge. Mais il existe des facteurs de risque que l'on peut modifier en adoptant un mode de vie sain et adapté.

Maladie d'Alzheimer : ce que l'on sait des facteurs protecteurs
© lzflzf - 123 RF

Le nombre de nouveaux cas de maladie d'Alzheimer semble décliner en Europe et aux Etats-Unis, selon les données d'études épidémiologiques, publiées en 2016 dans le bulletin épidémiologique de l'Institut de veille sanitaire (InVS). La raison ? Une attention plus particulière aux facteurs de risque de la maladie, estiment les spécialistes, en particulier à "une meilleure prise en charge des facteurs vasculaires et à une meilleure hygiène de vie". Pour autant, "ces résultats optimistes ne doivent pas faire oublier que, même si cette baisse de l'incidence est confirmée, le nombre de personnes touchées par la démence devrait continuer à croître dans les prochaines années en raison du vieillissement de la population", commentent-ils. En outre, rappelons qu'il n'existe toujours pas de traitement pour guérir ou enrayer efficacement l'évolution d'une maladie d'Alzheimer.

Il faut savoir que la maladie d'Alzheimer, qui affecte 900 000 personnes en France, résulte de la formation de plaques affectant le fonctionnement des neurones. Elle est la conséquence d'une combinaison complexe de différents facteurs. D'abord il y a l'âge. La maladie touche en effet en premier lieu les personnes de plus de 65 ans pour  atteindre 15% de la population des plus de 80 ans. Les antécédents jouent également un rôle : en moyenne le risque de développer la maladie est multiplié par 1,5 si un parent du 1er degré (parent, fratrie) est touché ; par 2 si au moins deux parents du 1er degré le sont. A côté de ces facteurs innés, il existe des facteurs environnementaux, donc modifiables. Une étude publiée en 2014* a conclu qu'un tiers des cas de maladie d'Alzheimer pourraient être évités en adoptant une bonne hygiène de vie. La Fondation Alzheimer précise sur son site que cette prévention, même s'il n'est sans doute jamais trop tard pour la mettre en place, doit dans l'idéal débuter dès 50 ans, car on sait que les premières modifications du cerveau interviennent plus de 10 à 20 ans avant les premiers symptômes !

Protéger ses artères joue aussi sur le cerveau

L'impact négatif important des facteurs de risque cardiovasculaire sur l'apparition de la maladie d'Alzheimer a été rapporté dans de nombreuses études scientifiques. L'une d'elles, publiée dans The Lancet Neurology en 2016 établit que plus sévère est la maladie vasculaire, plus élevé est le risque de démence et de maladie d'Alzheimer. A retenir donc : hypertension artérielle, cholestérol, diabète…  sont à surveiller de près !

Une activité physique régulière

Selon un sondage B2V/Ipsos (2016), 78% des Français placent en premier lieu la pratique d'une activité physique comme moyen préventif de la maladie d'Alzheimer. À juste titre puisque des essais cliniques ont démontré que la pratique régulière d'une activité physique améliore la cognition chez les personnes âgées. Et comme l'activité physique contribue à notre santé et à notre moral, il n'y a pas à hésiter !

Avoir une vie sociale riche

Les facteurs psychosociaux ont également une influence : haut niveau d'éducation, activité intellectuelle stimulante, relations sociales riches, activités variées (jardinage, danse, lecture…) sont des facteurs protecteurs de la maladie d'Alzheimer. De nombreuses études ont par ailleurs démontré que la qualité des relations sociales, plus que la quantité, est associée à la diminution du risque.

Alimentation : oui au régime méditerranéen

Plusieurs études ont montré que les personnes qui ont un régime alimentaire de type méditerranéen, c'est à dire un régime alimentaire riche en fruits et légumes, en poissons et pauvre en viandes, ont tendance à moins développer la maladie d'Alzheimer. Notons enfin que le café a un effet protecteur sur le cerveau.

* Norton S. Potential for primary prevention of Alzheimer's disease: an analysis of population-based data. The Lancet Neurology 2014 ; 8 : 788–94.

Plus d'infos sur la maladie d'Alzheimer : questions / réponses à consulter sur le site de la Fondation Alzheimer.

Lire aussi