Douleurs articulaires : et si c'était des rhumatismes inflammatoires ? "Le plus important est de savoir que vous pouvez compter sur vos proches"

Renée, 52 ans, souffre de spondylarthrite ankylosante. Elle a été diagnostiquée à l'âge de 40 ans.

"Un pré diagnostic de spondylarthrite (HLA B27 négatif) a été établi à 27 ans suite à ma grossesse. Mais la reconnaissance de la maladie s'est faite à l'âge de 40 ans par un médecin rhumatologue après radiographies (en comparant des radios de 1985 et celles de 1998 : fusion des sacro-iliaques).

Vous ne sortez pas indemne d'une telle maladie, la douleur vous perturbe et entraîne des modifications d'humeur. Même la marche devient difficile. Et ne parlons pas du sport ! Je gère ma maladie au mieux, mais la première disposition essentielle est d'avoir un entourage plus qu'aidant, cela vaut tous les médicaments du monde de savoir que vous pouvez compter sur l'autre et les autres. Avoir construit une maison de plain-pied me permet aussi de circuler plus facilement. J'ai changé de véhicule pour une voiture plus haute, donc plus accessible et j'ai fait reconnaître mon besoin d'une carte de stationnement et de passage rapide dans les files d'attente.

Apprivoiser sa maladie

Il m'a été proposé un traitement de biothérapie mais j'en ai très peur. Je ne suis pas prête à en assumer les effets secondaires. Par contre je pense avoir pris une bonne résolution et qui me semble être une nouvelle thérapie : la retraite !

Je dois avouer que le jour où un radiologue m'a dit en regardant les clichés effectués : "Madame, vous avez le droit de vous plaindre au regard des radios que nous avons effectuées", cela m'a aidée. Depuis ce jour, relativement récent, j'ai apprivoisé ma maladie en acceptant qu'elle soit là et en la prenant en charge grâce à des médecines différentes (acupuncture, mésothérapie, ostéopathie) conjuguées à la médecine traditionnelle."

Sommaire