Douleurs articulaires : et si c'était des rhumatismes inflammatoires ? Polyarthrite : diagnostiquer le plus vite possible

la déformation des mains est typique de la polyarthrite rhumatoïde.
La déformation des mains est typique de la polyarthrite rhumatoïde. © L'Internaute / Lucie Clavelloux

La polyarthrite rhumatoïde (PR) débute en moyenne vers 40 à 50 ans et concerne 0,5 % de la population française. Elle est 3 à 4 fois plus fréquente chez la femme.  

Ce sont les mains, les genoux, la hanche mais aussi les épaules et les coudes qui sont touchés dans la PR. "L'atteinte est périphérique et symétrique, précise le Dr Grange. Généralement, les deux mains sont douloureuses en même temps, les deux genoux, etc."

Les articulations sont chaudes, douloureuses, gonflées et parfois tuméfiées. "Les douleurs surviennent généralement la nuit avec un réveil en seconde partie dû aux douleurs", ajoute le Dr Grange.

Traiter comme une urgence médicale

La PR est une des maladies rhumatismales pour lesquelles il y a eu le plus de progrès au niveau du diagnostic mais aussi des traitements.

Côté diagnostic, elle aujourd'hui considérée comme une urgence médicale car son évolution est rapide et engendre des dégâts articulaires irréversibles dès le début de la maladie. En quelques années, une PR non dépistée peut engendrer des handicaps de mobilité associés à des douleurs permanentes.

Le diagnostic de la PR repose sur des symptômes et des signes cliniques. La prise en charge très précoce, dès les 3 à 6 premiers mois de la maladie, a démontré que l'on obtenait un meilleur pronostic et une meilleure évolution.

Celle-ci est très variable à la fois en terme de douleurs et en terme de conséquences physiques. Elle entraîne généralement une déformation des articulations des mains, mais peut aussi toucher le cœur et d'autres organes.

 Des rémissions sont possibles. Elles peuvent durer de quelques mois à quelques années. Mais les nouveaux traitements (biothérapies) permettent d'augmenter les chances d'induire une rémission notamment si la prise en charge est précoce.

Sommaire