Douleurs articulaires : et si c'était des rhumatismes inflammatoires ? Quand l'inflammation ne s'arrête plus

Le développement d'une maladie auto-immune est en fait une réaction anormale du système immunitaire qui entraîne l'attaque non pas d'intrus mais de cellules de l'organisme, sans raisons apparentes. L'origine de ces maladies auto-immunes reste inconnue à ce jour, mais les chercheurs savent que leur déclenchement est le résultat de facteurs génétiques et environnementaux.

L'inflammation a trois buts : défendre l'organisme contre une agression, détruire les cellules lésées et réparer la zone concernée. Elle peut être liée par exemple à l'intrusion d'un agent pathogène (bactérie, virus) et a alors pour but de neutraliser et éviter son invasion.

Les quatre signes cliniques de l'inflammation sont les suivants : la zone enflammée est rouge, chaude, tuméfiée et douloureuse. 

L'inflammation est en fait une réponse du système immunitaire qui entraîne un ensemble de réactions cellulaires pour résoudre le problème. Ce sont certains globules blancs qui interviennent d'abord avec pour but de "manger" les intrus tout en libérant des molécules qui généreront l'inflammation.

la zone inflammatoire est rouge, chaude, tuméfiée et douloureuse.
La zone inflammatoire est rouge, chaude, tuméfiée et douloureuse. © L'Internaute / Lucie Clavelloux

Dans le cas des RIC

Les rhumatismes inflammatoires chroniques (RIC) sont des maladies dites auto-immunes. "Les articulations sont entourées de la membrane synoviale. Cette membrane sécrète normalement le liquide synovial qui lubrifie l'articulation. Lorsqu'il y a inflammation, il peut se créer une tumeur inflammatoire au sein de la membrane (pannus) qui sécrète ce liquide en trop grande quantité et qui entraîne la libération de cytokines dans l'articulation, qui ensuite s'attaquent au cartilage, à l'os, aux tendons, etc.", explique le Dr Laurent Grange.

Enfin, dans ces maladies chroniques (comme dans la maladie d'Alzheimer), l'inflammation reste active, il n'y a donc pas de diminution de l'inflammation, ni de réparation des dégâts. C'est pourquoi le cartilage ou l'os détruit lors de la réaction inflammatoire ne peut être reconstruit. L'articulation reste lésée et l'inflammation continue, maîntenant les douleurs et gonflements.

Sommaire