Douleurs articulaires : et si c'était des rhumatismes inflammatoires ? Des signes d'inflammation plus ou moins visibles

les radios révèlent l'atteinte périphérique dans la pr et axiale dans la sa.
Les radios révèlent l'atteinte périphérique dans la PR et axiale dans la SA. © Digital Vision / Thinkstock / Photomontage : L'Internaute

Le diagnostic des RIC suit toujours le même chemin. Tout commence par un examen clinique incluant :

 un interrogatoire sur les douleurs et leurs localisations,

 les antécédents (par exemple ancien épisode de doigts en saucisses, un gonflement typique de SA),

 le temps de raideur matinal,

 les contraintes physiques quotidiennes,

 la vérification des articulations (si atteinte symétrique : vers un diagnostic de polyarthrite rhumatoïde PR, si atteinte asymétrique plutôt de spondylathrite par exemple),

qui permettront d'orienter les examens à faire.

Analyse sanguine et radiologie

Vient ensuite le temps de l'examen paraclinique qui consiste à partir d'une prise de sang (sérologie rhumatoïde). "Il s'agit de détecter les marqueurs rhumatoïdes. Dans tous les cas ces résultats ne suffisent pas à poser le diagnostic. Il faut aussi faire des radios (souvent normales dans la spondylarthrite ankylosante SA au début et avec parfois une atteinte visible précocement dans la PR, dans les 6 premiers mois) ainsi qu'un IRM du dos (l'inflammation des articulations peut être invisible aux radios mais révélée par l'IRM dans la SA)", explique le Dr Grange.

Dans la pratique

Grâce à ces examens on peut donc diagnostiquer tôt une PR et ainsi prendre en charge rapidement le patient.

En revanche, dans le cas de la SA, le diagnostic est beaucoup plus long (7 ans en moyenne) car les signes sont peu visibles car les signes sont peu visibles à la fois au niveau sanguin mais aussi sur les radios/IRM.

Le diagnostic étant plus difficile, les patients souffrent parfois longtemps avant d'obtenir un diagnostic et donc un traitement adapté.

 Enfin, au fil de la maladie la surveillance de son évolution reste importante notamment lors des changements de traitements afin de vérifier leur efficacité sur le ralentissement de la maladie et des dégâts articulaires. 

Sommaire