Prévenir et soulager l'arthrose au quotidien L'arthrose sévit chez une majorité de seniors

etre en surpoids, c'est imposer une pression supplémentaire sur ses
Etre en surpoids, c'est imposer une pression supplémentaire sur ses articulations. Un facteur de risque identifié de l'arthrose. © JPC-PROD - Fotolia

"Ah, l'arthrose, cette inévitable maladie de la vieillesse !" Hé bien non, justement, pas forcément. Toutes les personnes âgées n'en souffrent pas alors que, au contraire, elle peut survenir chez certains patients très jeunes, avant même la trentaine. L'arthrose est une véritable pathologie même si elle est effectivement plus fréquente chez les sujets de plus de 65 ans.

Facteurs de risque
Les causes précises de l'arthrose sont encore mal connues mais plusieurs facteurs favorisants sont en revanche clairement identifiés.

 L'âge : il est rare que l'arthrose débute avant la cinquantaine. Ensuite, plus l'on vieillit, plus l'on est susceptible d'être atteint même si, parfois, la maladie n'est pas perceptible. Environ 60 % des personnes de plus de 65 ans souffrent d'arthrose. Après 70 ans, c'est plus de 85 % de la population qui est touchée. Ce qui ne signifie pas que tout le monde a besoin de soins ou souffre de douleurs liées à l'arthrose, d'autant qu'elle peut rester asymptomatique pendant des années.

 Le surpoids est également un facteur favorisant : les kilos en trop pèsent sur les articulations, créant des hyperpressions qui usent les cartilages.

 Certains métiers où les mêmes gestes sont beaucoup répétés peuvent également être nocifs : travaux manuels, métiers où l'on piétine beaucoup, où l'on doit porter des charges lourdes, etc.

 Les traumatismes, notamment liés au sport, peuvent déclencher l'arthrose. Il peut s'agir de traumatismes du type fracture mais aussi de choses plus bénignes telles qu'une mauvaise position lorsque l'on court, qui induit un mauvais positionnement de l'articulation et donc des frottements peu souhaitables.

 Certaines formes d'arthrose pourraient être héréditaires, de nombreuses études sont en cours. On constate effectivement qu'il y a des "familles d'arthrosiques".

Sommaire