Prévenir et soulager l'arthrose au quotidien L'arthrose du genou, souvent un problème d'axe

le football, un sport particulièrement dur pour les genoux.
Le football, un sport particulièrement dur pour les genoux. © Nikki Zalewski - Fotolia

Autre articulation soumise à rude épreuve, celle du genou. Elle est constamment sollicitée lors de nos déplacements mais aussi lorsqu'on est assis ou même allongé. Inévitablement, l'arthrose du genou, ou gonarthrose, est donc relativement fréquente. Elle concerne environ 30 % des personnes touchées par l'arthrose. Sans qu'on sache expliquer pourquoi, les femmes sont plus fréquemment atteintes que les hommes. La plupart du temps, les deux genoux sont victimes de l'arthrose, parfois avec un petit décalage dans le temps.

Comme pour la hanche, certains facteurs favorisent l'apparition de la maladie au niveau du genou.

 Des traumatismes, liés par exemple au sport, peut déclencher l'usure du cartilage. Rupture des célèbres ligaments croisés, fractures, lésions des ménisques fragilisent l'articulation. "Par exemple, beaucoup de footballers souffrent d'arthrose au niveau du genou", souligne le Dr Christian Brégeon, consultant médical de l'Association française de lutte antirhumatismale.

 Certaines pathologies sont également susceptibles d'engendrer une arthrose secondaire. C'est le cas de la polyarthrite rhumatoïde, maladie inflammatoire, ou des maladies des os.

 Le surpoids est, là aussi, un facteur très favorisant de l'arthrose car il pèse beaucoup sur l'articulation, qui force donc plus.

 Dans beaucoup de cas, l'arthrose est facilitée par un défaut de l'axe du genou, les fameuses "jambes tordues" que l'on essaie souvent de corriger dans l'enfance. Théoriquement, l'axe du membre inférieur doit passer par le milieu de la tête du fémur, du genou et de la cheville. Parfois, ce n'est pas le cas et les jambes forment, en exagérant un peu, un X (les genoux sont trop rapprochés) ou un O (les genoux sont trop éloignés). On parle respectivement de genu valgum et de genu varum.

Selon la déformation ou la pathologie observées, il se peut qu'une seule ou plusieurs parties de l'articulation soient concernées par la maladie. Elle peut se développer uniquement vers l'intérieur du genou, par exemple lorsque les jambes sont arquées, ou vers l'extérieur du genou si au contraire elles s'évasent. Parfois, c'est seulement la partie qui relie la rotule aux autres os qui s'abîme. Il n'est pas rare non plus que l'ensemble de l'articulation soit touché.

Gonflement du genou

Les symptômes sont, comme pour la hanche, caractéristiques. Une douleur à la marche apparaît progressivement, pour disparaître au repos, au moins dans les premiers temps. Bientôt cette douleur engendre une boiterie, qui peut conduire dans les cas les plus avancés à une impossibilité de se déplacer.

La douleur est souvent accompagnée d'un gonflement du genou, généralement au-dessus de la rotule ou derrière l'articulation, au niveau du creux poplité : c'est l'épanchement de synovie. Le liquide est produit en excès par la membrane, en réaction contre les petits morceaux de cartilage qui se sont détachés de l'os et viennent perturber tout le système.

L'évolution de la gonarthrose est souvent lente. Le cartilage se détruit en une douzaine d'années, contre sept ans en moyenne pour la hanche. Lorsque la maladie devient trop invalidante, l'ultime recours consiste à poser une prothèse de genou. La technique est aujourd'hui très bien maîtrisée et permet dans la plupart des cas de faire disparaître les douleurs et de retrouver une marche normale. La prothèse doit être changée au bout de quinze à vingt ans.

Sommaire