Ce que vous ne savez pas sur l'ostéoporose La minceur, un véritable facteur de risque de l'ostéoporose

etre très mince constitue un facteur de risque identifié de l'ostéoporose.
Etre très mince constitue un facteur de risque identifié de l'ostéoporose. ©  laurent hamels - Fotolia.com

C'est probablement la première fois que nous allons écrire ce genre de recommandation : pour éviter l'ostéoporose, mieux vaut être un peu enrobé que tout mince.

"Il existe une corrélation très forte entre le poids et le risque d'ostéoporose, confirme le Professeur Cortet. Plus l'indice de masse corporelle (IMC, rapport de la taille au carré en cm, divisée par le poids en kg, ndlr) est bas, plus le risque de fracture par ostéoporose est élevé."

Plusieurs explications à ce phénomène.

 La graisse participe aux échanges hormonaux de l'organisme. Après la ménopause, sans pallier la déficience hormonale liée à l'arrêt du système reproducteur, elle peut compenser légèrement et offrir un petit effet protecteur, aux femmes comme aux hommes.

 Etre très mince, c'est aussi avoir une musculature très fine. Celle-ci ne participe donc peut-être pas assez à bien maintenir le squelette et à le protéger en cas de chute.

 De même, la graisse chez les personnes en surpoids entraîne une pression supplémentaire sur les os, contribuant ainsi à les rendre plus forts.

 Cette graisse peut également offrir un petit effet protecteur sur les os contre les chutes et les coups, même si cet argument est minimal.

 Autre facteur de risque : les régimes hypocaloriques peuvent entraîner des carences alimentaires qui empêcheront les os de se maintenir en bonne santé. Calcium, vitamine D et vitamine K, entre autres, doivent être présents en quantités suffisantes pour permettre aux cellules osseuses de se renouveler.

Sommaire