Mal de dos : halte aux idées reçues Il ne faut pas faire de sport lorsqu'on a mal au dos

la natation permet de se muscler sans faire souffrir les articulations.
La natation permet de se muscler sans faire souffrir les articulations. © Goodshoot / Thinkstock

 Faux

Les douleurs du dos sont majoritairement musculaires. Si elles sont osseuses, il convient de parler avec votre médecin pour évaluer l'intérêt et la possibilité d'une pratique sportive. Mais si les douleurs sont musculaires, l'activité physique est souvent autorisée après 48 h si les douleurs ont diminué. Et pour cause : le sport va permettre un échauffement des muscles, ce qui va les détendre et participer à diminuer les douleurs. Une pratique régulière d'un sport soigneusement choisi avec votre médecin est donc recommandée.

Parmi les sports recommandés, il y a bien sûr la natation : elle n'implique pas de traumatismes articulaires comme le jogging ou des sports avec course. Car la colonne vertébrale est une succession d'articulations (les vertèbres) et chaque saut ou pas de course est un choc qui peut amplifier une douleur déjà présente. L'avantage de l'eau est donc cette absence d'à-coups réguliers, qui permet de se détendre et de se muscler sans effets secondaires. La brasse est déconseillée car elle aggrave parfois les douleurs (c'est une nage qui fait beaucoup travailler les muscles du dos) mais à vous de voir en fonction de vos ressentis ce qui vous sied le mieux.

Ce qu'il faut faire

Le sport peut être utile pour assouplir les muscles douloureux (et tendus) mais aussi pour augmenter la force musculaire qui fait parfois défaut et peut entraîner diverses douleurs. Le vélo elliptique (appareil de fitness) est aussi intéressant car il permet de muscler à la fois les membres inférieurs et supérieurs ainsi que de faire travailler les muscles du ventre et du dos. 

La pratique sportive permet de maintenir une force musculaire. Il ne faut donc pas forcer si vous souffrez du dos, notamment si vous n'êtes pas sportif à la base. Demander à votre médecin les rythmes à suivre (une heure par semaine le premier mois, puis deux heures, etc.). L'important étant d'avoir une pratique régulière afin de renforcer la sangle abdominale et les muscles dorsaux.

Sommaire