Hallux valgus, oignon du pied : n'attendez pas trop pour la chirurgie

Hallux valgus, oignon du pied : chirurgie L'hallux valgus, vous connaissez sûrement : c'est ce fameux oignon qui empêche un Français sur dix de se chausser correctement. Arrivé à un certain stade, une seule solution pour soulager la douleur et rentrer à nouveau dans ses escarpins : la chirurgie.

Peu à peu, votre gros orteil s'est déformé et aujourd'hui, une bosse s'est formée au niveau de l'articulation avec le reste du pied. Parfois même, si vous avez attendu trop longtemps avant de consulter, votre gros orteil est parti se loger sous l'orteil d'à côté, provoquant de vives douleurs, notamment à la marche. Ce sont les symptômes de l'hallux valgus, une pathologie essentiellement féminine (95 % des cas), liée à la fois à l'hérédité mais aussi au port de chaussures étroites ou à talons hauts.

Lorsque le mal est fait, les solutions ne sont pas très nombreuses. Dans un premier temps, si la déformation n'est pas trop handicapante, il est conseillé d'opter pour des chaussures larges et confortables, afin de ne pas trop souffrir. Mais assez rapidement, votre médecin vous proposera certainement d'opter pour la chirurgie. Et c'est là que ça se corse !

La chirurgie ? Pas si douloureuse

hallux valgus chirurgie
Le port de chaussures étroites à talons hauts, type escarpins, favorise l'apparition de l'hallux valgus. © xalanx - Fotolia

"Lorsque vous ne faites qu'un pied la première fois, vous ne revenez jamais pour l'autre." Telle est la "blague" qui court parmi les victimes de l'hallux valgus. Réputée douloureuse, cette opération est pourtant relativement bénigne et les techniques ont fait beaucoup de progrès, notamment au niveau du traitement de la douleur. Avant toute chose, pour poser le diagnostic et déterminer si la chirurgie est recommandée, le médecin doit procéder à un examen clinique ainsi qu'à des radiographies, qui permettront de prendre l'ampleur de la déformation. L'intensité de la douleur joue beaucoup dans la décision qui sera prise. De même, selon votre activité, vous pourrez décider de vous faire opérer plutôt à l'automne, en plein hiver ou en été.

Plusieurs techniques existent, qui s'adaptent aux différents cas. D'une manière générale, l'opération consiste à "raboter" la partie de l'os saillante et à remettre le gros orteil dans l'axe, parallèle à ses confrères, ce qui passe souvent par une retension de certains ligaments. Peu de précautions préopératoires : prenez surtout garde à choisir un bon médecin, c'est-à-dire un praticien qui prenne en compte votre douleur mais aussi prescrira une radiographie avant de faire quoi que ce soit. Arrêtez l'aspirine au moins deux semaines avant, pour ne pas que votre sang soit trop fluide, ainsi que les contraceptifs oraux qui, à l'inverse, peuvent accroître les risques de phlébite, tout de même très rares.

Œdème et raideur du pied

Cette chirurgie se déroule de plus en plus souvent sous anesthésie locale du pied, en ambulatoire, c'est-à-dire en une journée, sans passer de nuit à l'hôpital. Ne le cachons pas : les premiers jours sont relativement douloureux. Mais une bonne médication vient à bout de ces douleurs des premiers jours et n'empêche généralement pas de se lever et de marcher, parfois dès le premier jour. Chaque cas est différent et il est primordial de bien suivre les conseils du chirurgien. Ce qui est le plus gênant par la suite, c'est l'œdème du pied qui perdure pendant quelque temps. C'est pourquoi vous repartirez avec une sandale postopératoire, qui sera sans doute la seule chaussure que vous serez capable d'enfiler pendant environ un mois. Dans le même temps, votre orteil sera sans doute raide, ce que des exercices de rééducation permettront de réduire.

Les complications sont rares, le résultat d'autant plus satisfaisant que l'hallux valgus est traité tôt. Il est difficile de remettre d'aplomb des orteils qui ont subi une mauvaise posture pendant des dizaines d'années.
Il faut compter deux semaines d'arrêt de travail si vous faites une profession "assise", où le port de la sandale postopératoire est possible. Si vous "faites" les deux pieds en même temps, la convalescence est bien sûr plus longue. Dans le cas contraire, mieux vaut compter entre 8 et 12 semaines pour être de nouveau complètement opérationnel. Comptez trois à quatre mois avant de pouvoir enfiler de nouveau vos escarpins. Mais ne les portez pas trop souvent, ils sont en partie responsable de vos soucis !

A lire aussi

 Vos témoignages

 

Hallux valgus