Mal de dos : et si c'était une hernie discale ? Les douleurs liées à la hernie peuvent être soulagées

Selon que la hernie est douloureuse ou pas, les traitements ne sont bien évidemment pas les mêmes. On note tout de même que de nombreux patients guérissent sans traitement en environ deux semaines environ.

En cas de douleurs difficiles à supporter, il faut bien évidemment aller consulter un médecin. Pour aboutir au diagnostic d'une hernie discale, il va procéder à un interrogatoire du patient, à un examen clinique mais il va également demander une radiographie du rachis (nom scientifique de la colonne vertébrale). Ces examens suffisent généralement à déterminer le disque hernié. En cas de doute, le médecin peut tout de même requérir à une IRM ou un scanner lombaire, qui permettent notamment de visualiser le conflit entre le disque et la racine nerveuse.

Ensuite, le médecin pourra donner au patient un traitement qui lui est adapté. L'objectif est de réduire au maximum les douleurs en diminuant l'inflammation de la racine nerveuse. Le médecin n'intervient sur la hernie discale que si le traitement donné en première intention n'a pas fonctionné.
Pour réduire les douleurs, le médecin préconise généralement :    

 La prise d'anti-douleurs : antalgiques, anti-inflammatoires, myorelaxants (pour détendre les muscles).

 Du repos, encore et toujours ! Attention, il ne faut pas non plus passer ses journées à lézarder sur le canapé car cela serait finalement contre-productif. En effet, rester couché toute la journée ne favorise pas la guérison puisque les muscles du dos perdent de leur tonicité et les articulations s'ankylosent, ce qui n'est pas vraiment le but.

 Si la douleur est chronique et constante et que les médicaments n'ont pas donné l'effet escompté, le médecin peut avoir recours aux injections de dérivés de la cortisone. Le problème avec ce type de traitements est que, pour être efficaces, les injections doivent être réalisées le plus près possible de la hernie discale. Pour ce faire, un contrôle radiologique est généralement nécessaire.

 Par ailleurs, le classique pochon de glace déposé à l'endroit de l'inflammation peut contribuer à la réduire.

 

Sommaire