Claquage

Claquage : quand les muscles souffrent

Le claquage musculaire correspond à une déchirure des fibres musculaires au cours d'une activité physique ou sportive. Cette rupture peut provoquer une lésion partielle ou totale du muscle touché et une hémorragie s'ensuit généralement. Cet accident musculaire touche le plus souvent les sportifs au niveau des cuisses, des mollets ou des biceps. Quels sont les symptômes du claquage ? Comment le traiter ? Éléments de réponse.

Claquage : comment le reconnaître ?

Si la douleur est ressentie de manière brutale et intense au cours d'une activité physique, elle ne constitue pas l'unique signe clinique du claquage musculaire. En effet, le traumatisme musculaire se traduit également par : une incapacité ou une grande difficulté à marcher, une raideur musculaire, l'apparition d'un hématome, l'apparition d'un oedème (gonflement) au niveau du muscle impacté, l'apparition d'un relief anormal lors de la palpation musculaire.

Claquage : la prise en charge

La douleur ressentie lors d'un claquage est telle qu'elle impose l'arrêt immédiat de toute activité sportive. Avant de consulter un médecin, il convient d'effectuer quelques gestes visant à diminuer la douleur : l'application de glace sur la zone touchée, le bandage du muscle claqué pour limiter la propagation de l'oedème, la mise au repos du muscle avec utilisation de béquilles pour marcher si nécessaire. Pour soulager la douleur, le médecin pourra préconiser la prise de médicaments antalgiques. Pour une lésion profonde du muscle, des séances de kinésithérapie peuvent être nécessaires pour favoriser une meilleure restauration. À noter, cependant, que les massages sont formellement déconseillés au cours des trois semaines suivant le claquage. Il faut entre 3 et 8 semaines pour guérir d'un claquage. La reprise d'une activité physique doit être encadrée par un médecin et se faire en douceur afin d'éviter les risques de récidive.