Reconnaître la décalcification chez l'enfant

Si vous constatez que le squelette de votre enfant se déforme ou qu'il ne grandit pas très vite, consultez un médecin rapidement : il pourrait s'agir de décalcification.

Pour grandir et se fortifier, les os de votre enfant ont notamment besoin de calcium, c'est bien connu. Alors vous avez pris l'habitude de lui faire avaler des laitages matin, midi et soir. Mais cela ne suffit pas toujours à éviter la décalcification, qui peut conduire au rachitisme. Elle sévit généralement vers l'âge de un an, mais peut également survenir plus tard, dans les premières années de la vie. Pour se fixer correctement à l'os, le calcium a besoin de vitamine D. C'est généralement cette vitamine qui fait défaut dans le cas de la décalcification chez l'enfant.

Pour être sûr qu'il dispose de suffisamment d'apport en vitamine D, quelques précautions suffisent généralement.

  Assurez-vous que sa nourriture en contient suffisamment. Il est conseillé d'en absorber entre 10 et 15 microgrammes par jour. La célèbre huile de foie de morue, dont certains gardent un très mauvais souvenir, est particulièrement riche en vitamine D. Les poissons gras, le jaune d'œuf, le beurre et autres produits laitiers en contiennent également en quantité.

  Même chose avec le calcium. Car ce n'est pas tout d'avoir suffisamment de vitamine D, encore faut-il avoir du calcium à fixer sur les os ! Vous en trouverez en quantité dans les produits laitiers mais aussi dans certaines eaux, dans les légumes secs ou encore les oranges, le cassis ou le kiwi.

  Une fois n'est pas coutume, nous allons vous conseiller d'exposer votre enfant aux rayons UV du soleil ! En effet, il permet à l'organisme de fabriquer la vitamine D qui lui est nécessaire. Attention toutefois, les conseils de prudence restent de mise. Une exposition régulière du visage de quelques minutes, en dehors des heures les plus chaudes, suffit.

  C'est désormais quasiment systématique dans les pays développés : les nourrissons et les enfants se voient prescrire des compléments en vitamine D, sous forme d'ampoules, à prendre tous les mois chez les petits, puis tous les trois mois pour les plus grands. Grâce à cette supplémentation, les cas de rachitisme sont devenus relativement rares.


Déformation des os

Il arrive malgré tout que certains enfants assimilent moins bien la vitamine D que la moyenne. Un début de décalcification peut alors survenir. Scrutez quelques signes annonciateurs pour agir au plus vite.

  Une déformation des jambes de l'enfant, qui s'arquent en forme de parenthèses.

  Un épaississement des articulations, essentiellement les poignets et les chevilles.

  Les côtes peuvent devenir saillantes.

  La cage thoracique peut se déformer au niveau du sternum.

  Chez les enfants très jeunes, la fontanelle peut mettre plus de temps à se refermer.

  Au bout de quelque temps, on constate souvent un arrêt de croissance.

Au moindre de ces signes, demandez immédiatement conseil à un médecin car, soigné, le rachitisme ne laisse généralement aucune séquelle.