Pour être bien portant, mieux vaut être riche !

On vit plus longtemps quand on est riche que quand on a du mal à joindre les deux bouts. Telle est l'une des conclusions d'une étude franco-britannique menée sur 25 ans et dont les conclusions viennent d'être publiées dans le Journal of the American Medical Association. Il semblerait en réalité que cette inégalité sur le plan de la mortalité soit liée à la différence des habitudes de vie. Pour schématiser, les personnes les plus pauvres seraient plus consommatrices d'alcool, de tabac et seraient plus sujettes à l'obésité, notamment parce qu'elles ont moins d'activité physique. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs de l'Inserm et du University College of London ont suivi quelque 10 000 fonctionnaires londoniens de 35 à 55 ans, qu'ils ont répartis en trois catégories sociales : élevée, moyenne et basse. Ils ont suivi la mortalité des ces différents groupe de 1985 à 2009, en les interrogeant à 4 reprises sur leurs habitudes de vie.  
Pour en savoir plus, accéder à l'article.