Quelle eau choisir ? L'enfant est plus vulnérable à la déshydratation

l'enfant est plus sensible à la déshydratation qu'un adulte.
L'enfant est plus sensible à la déshydratation qu'un adulte. © Elisabetta Figus - Fotolia.com

Plus un enfant est jeune, plus son corps est composé d'une grande quantité d'eau, jusqu'à 75 % à la naissance. Qui plus est, la répartition de l'eau n'est pas la même chez l'enfant : la proportion en liquide extra cellulaire est plus grande alors que la quantité d'eau est plus faible à l'intérieur des cellules. Par ailleurs, son rein est immature jusqu'à l'âge de deux à trois ans, il ne peut donc ni concentrer, ni diluer l'urine aussi bien qu'un adulte. Enfin, les plus jeunes ne sont pas capables d'exprimer la soif. Toutes ces raisons font que l'enfant est plus sensible à la déshydratation qu'un adulte. 

Ils ne boivent pas assez !

Bien que leurs besoins en eau soient plus importants que ceux des adultes, les enfants n'absorbent que deux-tiers des apports qui leur sont recommandés en eau totale. Pendant des périodes de fièvre ou lors d'épisodes de gastro-entérites avec diarrhée et vomissements, les enfant sont donc plus vulnérables face à la déshydratation. 

Quels sont les signes ? Lorsque l'enfant se déshydrate, les performances physiques et cognitives peuvent être diminuées. Certains signes peuvent apparaître : la soif et la sensation de bouche sèche, une diminution de la diurèse, des troubles du sommeil et une fatigue inhabituelle, l'absence de larmes lors des pleurs, des maux de tête, des vertiges, etc.  

Cependant, lorsqu'elle est modérée, la déshydratation passe souvent inaperçue et il est donc préférable d'anticiper en donnant à boire à son enfant régulièrement, et encore davantage lorsqu'il est malade, qu'il va faire du sport ou qu'il fait chaud par exemple.

Sommaire