Phytothérapie : la santé par les plantes La phytothérapie et le bien-être au quotidien

si vous trouvez les plantes qui vous conviennent, elles vous aideront, à votre
Si vous trouvez les plantes qui vous conviennent, elles vous aideront, à votre tour, à rejoindre les bras de Morphée... © fotoexodo - Fotolia.com

Si la phytothérapie est couramment rangée sous l'appellation standard "médecine douce", elle n'en constitue pas moins un remède efficace contre certaines pathologies. "On pourrait résumer en affirmant qu'elle est essentiellement utilisée pour drainer les toxines du corps et apporter les vitamines et les oligo-éléments essentiels à notre bon fonctionnement, résume Sylvie Merle, phytothérapeute. Les médicaments sont choisis en fonction de l'organe qui a besoin d'être drainé." Et le Dr Tourrasse de compléter : "La phytothérapie peut être utilisée seule ou avec un traitement allopathique, dans presque tous les cas." Ce qui ne signifie en aucun cas qu'elle peut se substituer à un traitement allopathique dans toutes les situations. Mais elle vient parfois le compléter harmonieusement, comme dans le cas des cures de chimiothérapie, par exemple.

Voici donc une petite liste non-exhaustive de quelques maux et des plantes qui peuvent les soulager.

"De la vigne rouge contre la rétention d'eau"

 Les contusions et hématomes en tous genres sont soulagés grâce à une plante des plus connues, l'arnica montana. Cette fleur des montagnes est connue depuis le XIIe siècle pour ses vertus cicatrisantes, anti-inflammatoires et anti-ecchymotiques. Elle n'est plus seulement l'apanage des phytothérapeutes, puisque la médecine traditionnelle la prescrit abondamment pour traiter coups et blessures. Qui n'a pas de tube d'arnica dans le tiroir de l'armoire à pharmacie ?

 La rétention d'eau et donc, par extension, la cellulite que combattent tant de femmes, peuvent également trouver une solution dans la phytothérapie. Ainsi, la vigne rouge a une action veinotonique et anti-inflammatoire. La prêle est diurétique, tandis que le pissenlit est doté d'une action drainante. Fenouil et passiflore peuvent également avoir une action positive. A noter que l'insuffisance veineuse, qui se caractérise souvent par la fameuse sensation de jambes lourdes, peut elle aussi se soigner avec des plantes, aux premiers rangs desquels la vigne rouge et le marronnier d'Inde.

 Des problèmes de digestion ? Essayez une goutte d'huile essentielle de menthe poivrée ou, plus simplement, une infusion au thym après manger. La phytothérapie est particulièrement indiquée pour traiter les troubles digestifs bénins : ballonnements, transit difficile, maux de ventre...

 Bon nombre de problèmes de peau peuvent également trouver une réponse dans la phytothérapie. L'eczéma peut ainsi être soulagé par une pommade au millepertuis ou au calendula. Herpès, psoriasis et allergies cutanées en tous genres peuvent aussi être soulagés, par une cure drainante ou par des pommades cicatrisantes.

 L'huile essentielle de menthe poivrée est également efficace pour lutter contre la migraine. Pour ce faire, il suffit d'en appliquer un peu sur les tempes puis de masser. D'autres plantes font aussi l'affaire contre les maux de tête divers, tels que la valériane ou encore chrisantellum parthenium, plante antimigraineuse par excellence.

 Contre le petit rhume de l'hiver, l'huile essentielle de pin se révèle souvent efficace, grâce à ses propriétés antiseptiques.

 Sur le plan psychologique, les plantes ont aussi leur rôle à jouer. Soulager les maux de l'âme est d'ailleurs un des premiers rôles que les non-spécialistes leur attribuent. La verveine et autres camomilles sont depuis longtemps connues et utilisées pour leur propriété apaisantes. Valériane, passiflore, aubépine... ont aussi un pouvoir contre l'anxiété et ne se prennent pas seulement en tisane, pour ceux qui y seraient réfractaires !

Sommaire