Phytothérapie : la santé par les plantes Tisane, massages, gélules... Les formes de phytothérapie

Selon la maladie que l'on souhaite traiter, la potion pourra prendre différentes formes.
 Les tisanes constituent sans aucun doute la forme la plus communément employée en phytothérapie. C'est aussi la méthode la plus simple pour tirer parti des bienfaits d'une plante. Il suffit de déposer la plante au fond d'une tasse. Elle peut être fraîche ou sèche, entière ou partielle, à l'état naturel ou en poudre. Etape suivante : verser de l'eau bouillante dans cette tasse. Laisser infuser quelques minutes puis filtrer l'eau, que l'on boira telle quelle (en s'assurant toutefois de ne pas se brûler la langue au passage !). Cette méthode peut donc être utilisée facilement chez soi, même sans être un pro de la phyto. Seule précaution : s'assurer que les plantes que l'on utilise ne sont pas toxiques et se renseigner sur la quantité à utiliser pour qu'elles soient efficaces.

les plantes sont notamment utilisées sous forme de tisane.
Les plantes sont notamment utilisées sous forme de tisane. © paylessimages - Fotolia.com

 Une variation, la décoction, se conserve plus longtemps (deux à trois jours). Pour ce faire, il faut placer la plante dans un récipient, la recouvrir d'eau et porter ce breuvage à ébullition pendant une quinzaine de minutes. Ne reste plus, alors, qu'à filtrer et à boire, chaud ou froid.

 Les plantes en poudre peuvent être utilisées en gélule, capsules ou mélangées à un liquide ou à de la nourriture. Elles ont l'avantage de se conserver plusieurs mois. Ce qui peut être utile par exemple dans le cas de plantes que l'on ne trouve pas dans nos contrées et que l'on doit importer.

 Un peu plus compliqué mais très pratique, la teinture mère ou teinture alcoolique. La mixture peut tout de même être réalisée chez soi, même s'il est préférable de demander l'assistance ou les conseils de quelqu'un qui maîtrise le processus. La plante peut être utilisée sèche ou fraîche. Elle est mise à macérer dans une certaine quantité d'alcool (65°, 70° voire plus), dans un bocal hermétique. Après plusieurs semaines, le liquide est filtré : il contient le principe actif, dans une concentration déterminée à l'avance, au moment des dosages. Cette solution est d'autant plus pratique que le liquide peut se converser pendant plusieurs années, à l'abri de la lumière dans un bocal étanche. La teinture alcoolique peut ainsi être incorporée, au gré des bobos et autres petits accros, à une pommade ou à un cataplasme, par exemple.

 Autre alternative, le bain aux plantes... Non, n'ayez crainte, vous ne baignerez pas littéralement dans les feuilles de sauge et les rondelles de gingembre. En fait, il vous suffit de préparer une sorte de gros thé : dans un récipient, faites infuser les plantes pendant 10 à 15 minutes, puis versez cette solution d'eau l'eau de votre bain. Et hop, c'est parti pour une demi-heure de détente.

 Côté détente, l'huile de massage s'impose également. Dans la version 100 % artisanale, vous mélangez de l'huile végétale (au choix !) avec 5 % à 10 % d'huile essentielle ou de teinture mère de la plante que vous souhaitez voir agir. Appliquez selon les modalités qui vous sont propres... Pour ceux que l'aspect "huile d'assaisonnement" rebuterait, il est toujours possible de mélanger la substance active à une base de crème neutre ou à du gel, que l'on peut acheter en parapharmacie par exemple.

 Vous pourrez également y trouver des gélules et autres capsules, plantes en poudre, moins fraîches mais tout aussi efficaces et pratiques, dans la mesure où elles sont facilement transportables et dosées de façon homogène.Vous les trouverez en pharmacie,

Sommaire