Aux petits soins pour mes reins Ralentir l'insuffisance rénale

grâce aux prises de sang, on peut contrôler le taux de protéines dans le sang.
Grâce aux prises de sang, on peut contrôler le taux de protéines dans le sang. © Dominique VERNIER - Fotolia

Si l'insuffisance rénale est diagnostiquée suffisamment tôt, on peut ralentir son évolution.

"Mais la priorité c'est paradoxalement de dépister et de contrôler les facteurs de risque cardiovasculaire comme le tabac, le surpoids, l'hypercholestérolémie, la sédentarité, etc." explique le docteur Mariat. Et pour cause, qu'elle qu'en soit sa sévérité, l'insuffisance rénale peut entraîner des complications graves : infarctus, attaque cérébrale, etc. "Un malade avec une insuffisance rénale chronique a donc plus de risques de complications cardiovasculaires graves que de complications directement liées à sa maladie rénale" ajoute le docteur Mariat.

Ensuite, il est bien entendu indispensable de limiter l'évolution de la maladie rénale, de sorte qu'elle ne devienne pas chronique. Ceci passe par une surveillance des principaux facteurs de progression de l'insuffisance rénale :

  La tension artérielle doit rester inférieure à 13/8, voire moins si c'est possible. Elle doit donc être contrôlée le plus souvent possible.

  La protéinurie doit être inférieure à 0.5 g/jour. "Pour le malade, cela repose sur des règles diététiques, principalement une restriction en sel, ainsi que par l'utilisation de médicaments dits néphro protecteurs" explique le docteur Mariat.

Insuffisance rénale