Les bons gestes santé contre le froid Le risque d'hypothermie : comment l'éviter ?

Contre le froid, le corps multiplie les mécanismes de défense pour produire de la chaleur et maintenir la température du corps à 37°C. Mais il suffit d'un épuisement ou d'un traumatisme, pour que ces mécanismes deviennent moins performants.

Dès lors, le corps perd plus de chaleur qu'il n'en produit. Du coup, il se refroidit, c'est l'hypothermie.

Celle-ci se définit par une baisse de la température centrale du corps au-dessous de 35°C. Bien que ce soit un phénomène rare, l'hypothermie est un trouble sournois qui s'installe rapidement sans que l'on s'en rende compte et qui peut être fatal. La vigilance est donc de mise.

des frissons, la chair de poule, les mains engourdies... sont les signes de
Des frissons, la chair de poule, les mains engourdies... sont les signes de l'hypothermie. © Maridav - Fotolia.com

Les personnes à risque

L'hypothermie n'apparaît que lors d'une immobilisation prolongée dans le froid. Les randonneurs blessés et les sans-abri sont particulièrement exposés. Mais, les personnes âgées ou malades, les enfants, les femmes enceintes et toute personne prenant des psychotropes (alcool, somnifères...) sont également concernées. A savoir : l'hypothermie constitue un danger immédiat lorsque la température de la maison n'excède pas les 15°C.

Reconnaître les signes de l'hypothermie

 Légère (35 à 32°C) : la personne a froid, elle frissonne et a la chair de poule. Elle se sent engourdie. Sa respiration et son pouls s'accélèrent.

 Modérée (32 à 28°C) : la peau devient pâle et froide. Les lèvres et les extrémités bleuissent. Les membres ont perdu de leur souplesse. La victime commence à avoir des troubles du comportement ou des propos inappropriés. L'élocution peut être difficile. Elle ne frissonne plus.

 Sévère (28 à 25°C) : la respiration et le rythme cardiaque sont pratiquement indétectables. La mort par arrêt cardiaque peut survenir à tout moment.

Conduite à tenir face à la victime

 Protégez-la (notamment la tête) du froid et des courants d'air. Isolez le corps du sol froid par une couverture.

 Appelez les secours.

 Evitez tout réchauffement brutal (massages, frictions, bain chaud...). Il doit être progressif (mettre la victime dans une pièce chaude, vêtements secs...).

 Encouragez-la à se mouvoir pour générer de la chaleur musculaire tout en limitant ses déplacements.

Sommaire