Faut-il faire confiance à l'homéopathie ? Pourquoi ils ont choisi l'homéopathie

L'homéopathie, certains tombent dessus par hasard, d'autres en ont fait un vrai choix de vie. Vous êtes nombreux à avoir répondu à notre appel à témoins pour nous expliquer les vertus de cette médecine douce. Les arguments ne manquent pas. 

Pour beaucoup, l'efficacité de ces traitements par rapport aux traitements allopathiques ne fait aucun doute, la preuve par l'expérience ayant été faite.

Céline : "Petite, je souffrais de bronchites chroniques tous les hivers, et pendant presque tout l'hiver. Des nuits sans dormir et à empêcher tout le monde autour de moi de se reposer ! L'enfer ! Avec mes parents, j'ai consulté toutes sortes de médecins et testé tous les médicaments du commerce : sirops à ne plus savoir qu'en faire, piqûres sous-cutanées tous les soirs... Puis un jour, quelqu'un nous a conseillé l'homéopathie. Il a d'abord fallu une forte dose, mais mes bronchites se sont peu à peu espacées (1 hiver sur 2), puis ont totalement disparu. Aujourd'hui, je continue à me soigner ainsi, avec des doses moins fortes, en prévention quand je sens que je "couve" quelque chose."


Darphine : "En 1986, l'institutrice en maternelle de ma fille me voit avec mon fils dans les bras, toujours malade et très blanc. Inquiète de la santé du frère de son élève, elle me donne l'adresse d'un homéopathe pour que j'aille consulter rapidement pour mon fils. Baptiste a 18 mois et a déjà été traité par un médecin généraliste : 26 prises d'antibiotiques, 5 prises de cortisone, 5 parasynthèses, 1 opération des végétations, 50 claping pour mieux respirer la vie ! Avec un traitement homéopathique pendant 6 mois, tout ce qui a été empêché ou coupé avec les remèdes toxiques chez ce bébé, tout est "ressorti" par tous les orifices corporels pendant 6 mois. La désintoxication complète terminée, l'enfant a continué d'avoir des rhumes, des rhinopharyngites dites "normales" traitées par homéopathie, en laissant la fièvre faire sa véritable fonction : brûler les bactéries et accepter la maladie. Au lieu d'avoir une attitude d'aller contre la maladie, nous allons avec, ce qui est le principe fondamental de l'homéopathie "aller avec...". Après 6 mois, la santé de notre fils s'est améliorée et il a repris totalement goût à la vie. Les granules et les doses homéopathiques, avec les oligo-éléments, les vitamines et beaucoup de patience de la mère et la grand-mère au chevet de l'enfant, ont acquis le succès total sur sa santé."

Bobos et rhumes

L'homéopathie, ça soigne, d'accord, mais de quoi alors ? Hé bien, de tous les petits bobos du quotidien ou presque, selon les internautes.

Darphine : "Maux : migraines, rage de dents, rhinopharyngite, grippe en prévention, rhume, anxiété, mal de mer, d'air (avion), eczéma, douleurs estomac, intestin, phobies diverses, règles douloureuses, abondantes, vertiges, fièvre, crevasses, nausées, chocs émotionnels, veille d'examens, prévention lors d'opérations chirurgicales, dentaires, chocs physiques, terrain bilieux, colérique, apathique, excité, accident cardiovasculaire, bronchite, troubles des intestins, rhume des foins."

Autre argument de poids qui revient souvent chez les adeptes de l'homéopathie : l'absence d'effets secondaires, qui sont souvent le corollaire des traitements allopathes.

Georgette : "Le gros avantage que je vois par rapport aux traitements classiques c'est que ces médicaments ne causent pas d'insomnie, de malaises secondaires. Et puis il n'y pratiquement pas de temps de convalescence ! Quand on est guéri, c'est fait, l'organisme a lutté contre son agression, tout est dans l'ordre. Je n'ai jamais eu un arrêt de travail."

Sophie : "C'est facile à prendre, ça ne pose pas de problème d'estomac par exemple, les effets secondaires sont très rares."

Les sceptiques qui mettent en cause l'efficacité scientifique de l'homéopathie, vous n'en avez cure et vous rétorquez, telle Estelle : "Le principal, c'est que ça marche ! Et même si c'était placebo, ce serait parfait. Cela voudrait dire que notre corps sait se défendre tout seul et qu'en cas de maladie grave, il ne sera pas pris au dépourvu."

 

Lire les autres témoignages


 

Sommaire