Diagnostic virologique de l'hépatite A

L'hépatite A est une maladie du foie due à un virus à ARN. Les personnes ne savent pas qu'elles sont contaminées car les symptômes sont absents. Chaque année, il y a 10 000 à 30 000 nouveaux cas en France.

Diagnostic virologique de l'hépatite A
© JPC_PROD_Fotolia

Qu'est-ce que l'hépatite A ?

L'hépatite A, ou VHA, est l'hépatite virale la plus fréquente, qui se manifeste par une inflammation du foie d'origine infectieuse.

L'ingestion d'eau ou d'aliments souillés est principalement en cause dans la transmission du virus à l'homme. La contamination est dite feco-orale et est souvent liée à un manque d'hygiène.

Dans la majorité des cas, l'hépatite A passe inaperçue (pas de symptômes). Elle peut être aiguë (de courte durée) ou chronique.

Dans quels cas le virus de l'hépatite A est-il dépisté ?

Une analyse de sang peut-être prescrite par le médecin en présence de symptômes caractéristiques du virus de l'hépatite A chez son patient : comme par exemple l'ictère (jaunisse) qui concerne surtout les adultes.

Les valeurs pathologiques de la sérologie de l'hépatite A

L'analyse permet de vérifier la présence d'anticorps : les Ig M anti-VHA marquent une infection aiguë et une contamination récente tandis que les Ig G anti-VHA signalent une infection plus ancienne.

Attention : Les normes diffèrent selon les techniques utilisées par les laboratoires.

Sachez que les résultats ne constituent pas à eux seuls un diagnostic. Il est donc important de consulter un médecin afin de prévoir avec lui des examens complémentaires ou un éventuel traitement.

Pour en savoir plus sur le diagnostic virologique de l'hépatite A, consultez la fiche sur santé-médecine.