Téléphone portable : 20 scientifiques appellent à la prudence

C'est David Servan-Schreiber, le médiatique psychiatre auteur de Anticancer, qui a lancé l'idée. Avec lui, 20 scientifiques de haut vol, cancérologues pour la plupart, lancent un appel à la prudence vis-à-vis des téléphones portables. Ils admettent qu'aucune étude, à ce jour, n'a pu prouver de façon certaine une mauvaise influence des ondes de ces téléphones. Mais ils arguent du fait qu'il s'agit d'une technologie trop récente pour pouvoir évaluer les conséquences à long terme. En outre, les premières enquêtes menées auprès de patients utilisant un portable depuis dix ans tendraient à prouver qu'ils sont plus fréquemment victimes de tumeurs bénignes voire de cancers du cerveau. Ces spécialistes énoncent ainsi 10 précautions à prendre pour minimiser les risques, tout en soulignant qu'il n'est pas question d'abandonner le téléphone portable, auquel aucun d'entre eux n'a d'ailleurs renoncé. Parmi les recommandations, ils insistent notamment sur la nécessité d'éviter l'exposition des enfants de moins de douze ans, qui ne devraient utiliser un portable qu'en cas d'urgence. De même, il est conseillé d'utiliser une oreillette et un kit mains-libres pour téléphoner, d'éviter les conversations de plus de 5 minutes, de préférer les SMS aux coups de fil et de ne pas laisser le téléphone allumé à proximité de l'oreiller. Enfin, mieux vaut éviter de téléphoner dans les moyens de locomotion, et pas seulement pour des raisons de bienséance : le portable doit alors constamment rechercher du réseau, l'émission des ondes est donc beaucoup plus forte.
Lire également notre dossier Le téléphone portable est-il dangereux ?