Opération moustiques Paludisme : protection renforcée

Il est autrement plus dangereux de se faire piquer par un moustique sous les tropiques qu'en France. En plus des désagréables démangeaisons, vous pouvez contracter en prime des maladies graves, au premier rang desquelles la dengue et le paludisme.

Chaque année, on estime que 300 millions de personnes contractent le paludisme. En cause, l'anophele, un moustique très actif la nuit, qui véhicule entre autres l'agent parasite du paludisme. Celui-ci est transmis lorsque la femelle nous pique. Il est alors transporté jusqu'au foie via la circulation sanguine. Après 8 jours à plusieurs mois d'incubation, les symptômes se font sentir : fièvre, maux de tête, diarrhées, vomissements, anémie, douleurs musculaires... En l'absence de traitement, le palu peut provoquer un coma ou des convulsions allant parfois jusqu'à la mort. Cette espèce de moustique extrêmement dangereuse sévit surtout en Afrique, mais aussi en Amérique et en Asie.
Les protections anti-moustiques ne seront pas suffisantes si vous ne prenez pas de traitement préventif avant le départ et pendant le séjour. Il s'agit de médicaments antipaludiques délivrés uniquement sur prescription. La posologie et la durée du traitement dépendent de votre destination, de la durée de votre voyage, ainsi que de votre âge, de votre poids et de votre état de santé.
Pour chaque pays, il existe une carte des zones de risque de transmission du paludisme. En fonction de ce risque, on classe ces zones par groupes de 0 à 3.
Seuls les pays ou régions classés dans le groupe 0 sont sans risque et ne nécessitent pas de prendre un traitement préventif.

Dans le cas d'un court séjour touristique ou professionnel (moins de 7 jours) dans un pays à faible risque, là non plus le traitement préventif n'est pas nécessaire. A condition toutefois de vous munir d'armes anti-moustiques.

Sommaire