"L'automédication doit être de courte durée"

Alors que certains médicaments seront bientôt vendus en libre-service dans les pharmacies et que l'automédication est de plus en plus pratiquée par les Français, le pharmacien Jean-Luc Audhoui a répondu à vos questions.

0803 jean luc audhui debise 028r
Jean-Luc Audhoui est pharmacien, membre du conseil de l'Ordre des pharmaciens. © L'Internaute Magazine / Cécile Debise

Est-ce que l'Ordre des pharmaciens encourage l'automédication ?
Jean-Luc Audhoui : L'Ordre des pharmaciens n'est pas opposé à l'automédication, il recommande aux pharmaciens de donner des conseils sur toute demande de médicaments.

N'est-il pas dangereux d'utiliser seuls des médicaments, sans avis médical ?
A défaut d'un avis médical, il est préférable de demander un avis pharmaceutique.

L'automédication ne peut-elle pas provoquer des dépendances à certains médicaments ?

L'automédication est un comportement qui doit être de courte durée. Il ne faut jamais faire durer cette pratique.

Je crains de pratiquer l'automédication sur mes enfants, quel est votre avis ?
Pour un enfant, la prudence s'impose encore plus que pour un adulte. Des médicaments sont déconseillés aux enfants. Demandez conseil à votre pharmacien, même pour les médicaments que vous avez dans votre armoire à pharmacie.

Pensez-vous que donner un accès libre aux produits d'automédication dans les pharmacies est une bonne chose ?
L'accès libre, à ne pas confondre avec le "libre-service", doit se faire avec des règles précises pour que la sécurité soit le maître-mot. Des médicaments bien spécifiques pourront aller dans cette zone qui devra se situer près des comptoirs où se trouve un pharmacien. Le conseil pharmaceutique sera de rigueur.

Aux Etats-Unis et au Canada, par exemple, les pharmacies sont devenues de vrais petits supermarchés, avec beaucoup de produits en libre-service et une petite officine au fond du magasin pour les médicaments sur prescription médicale. Pensez-vous que c'est ce vers quoi nous nous acheminons en France ?

"La pharmacie ne doit pas être une "supérette"

Je ne souhaite pas cette évolution pour la France. La pharmacie ne doit pas être une "supérette" mais un espace de santé disponible et accessible facilement sur tout le territoire.

0803 jean luc audhui debise 018r
Jean-Luc Audhoui © L'Internaute Magazine / Cécile Debise
Le médicament n'est pas un produit banal et ne doit pas être confondu avec des compléments alimentaires qui se "gargarisent" de propriétés favorables à la santé. Attention danger. A ce jour et heureusement, il n'y a pas de vrais médicaments en dehors des pharmacies.

Est-ce que le libre-accès va vraiment faire baisser les prix comme l'a indiqué La ministre de la Santé ?

Il est difficile de répondre : à ce jour en moyenne 27 euros par an et par habitant sont pris en médicaments dits d'automédication. Ce qui est sûr, c'est qu'il ne faut pas perdre la sécurité en perdant le conseil de son pharmacien.

Quels types de médicaments seront concernés par le libre accès ?

A ce jour seuls seront concernés les médicaments ayant une notice adaptée et des quantités de prises en rapport avec un traitement de courte durée. Des sécurités doivent aussi être ajoutées sur les boites pour éviter les risques d'ouverture. Les médicaments de pédiatrie ne seront pas
en libre-accès, les médicaments qui nécessitent une prescription non plus.

A quelle date les médicaments seront-ils en libre-service ?

Des décrets en Conseil d'Etat sont en attente. Je pense fin du premier semestre 2008.

J'ai entendu qu'on peut maintenant aller chez son pharmacien avec une ordonnance périmée, est-ce valable sans conditions (pour n'importe quel médicament) ?
Heureusement non. Seuls les traitements chroniques de plus de trois mois peuvent faire l'objet d'une dispensation par dérogation, une seule fois et en avisant le prescripteur. Quelques médicaments sont exclus de cette dérogation.

Les médicaments génériques sont-ils aussi efficaces que les autres médicaments ?

Les génériques sont identiques et donc aussi efficaces que les princeps. Ils sont fabriqués par des laboratoires pharmaceutiques comme les princeps. Parfois même par des filiales du laboratoire d'origine. Ils sont surveillés par l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé.

0803 jean luc audhui debise 027r
Jean-Luc Audhoui © L'Internaute Magazine / Cécile Debise

Pourquoi certains médicaments auparavant remboursés ne le sont plus ?

L'Assurance maladie est confrontée à des choix. De nombreuses maladies graves nécessitent des traitements très coûteux... Et le petit risque à ce titre n'est plus prioritaire. Ce n'est pas le médicament qui est inefficace comme on l'entend parfois pour justifier un déremboursement. Par contre, le trouble doit pouvoir être soigné sans recours à la collectivité. Bien sûr des situations financières sont quelque fois difficiles.

Que faire des médicaments périmés que l'on stocke dans l'armoire à pharmacie ?
Ne jetez jamais les médicaments à la poubelle. Faites un tri en séparant les boites, les notices... et jetez-les directement. Ne ramenez à la pharmacie que les médicaments sans les emballages.

Comment conserver au mieux ses médicaments ?

Les médicaments doivent être rangés hors de portée des enfants, dans un endroit sec, dans leurs boites d'origine et avec la notice. Attention aux collyres... Les antibiotiques ne se conservent pas non plus. Evitez toute accumulation de médicaments.

Y a-t-il un danger à se soigner avec des médicaments qui nous restent, lorsque l'on ressent les mêmes symptômes que la fois précédente ?

La plus grande prudence s'impose. Le traitement doit être très court et de nombreux médicaments ne peuvent se reprendre sans avis pharmaceutique ou médical.

"Il ne faut pas arrêter un antibiotique dès l'amélioration des symptômes... Car des résistances peuvent survenir"

Les antibiotiques sont-ils dangereux à la longue ? Mon médecin m'en prescrit systématiquement et mon pharmacien fait la grimace quand il voit ça.

L'utilisation de façon systématique d'antibiotiques n'est pas conseillée. Des phénomènes de "résistance" aux antibiotiques peuvent apparaitre, rendant moins efficaces ces médicaments en cas de besoin réel. De plus, il ne faut pas arrêter un traitement dès l'amélioration des symptômes... Car des résistances peuvent survenir.

Pour quels types de maux peut on consulter le pharmacien plutôt qu'un médecin ?

Dans tous les cas vous pouvez consulter un pharmacien . Celui-ci vous orientera vers un médecin si cela est nécessaire ou il vous conseillera directement si besoin.