Brûlures : les enfants de moins de 4 ans sont les plus exposés

Chaque année, près de 9000 personnes sont hospitalisées pour cause de brûlure. Parmi elles, beaucoup de jeunes enfants dès qu'ils commencent à marcher.

Brûlures : les enfants de moins de 4 ans sont les plus exposés
© photophonie - Fotolia.com

Qui sont les personnes les plus exposées au risque de brûlure ? C'est pour répondre à cette question que l'Institut de veille sanitaire (InVS) a publié une étude sur les hospitalisations pour brûlures en France en 2011. Il en ressort que, chaque année, près de 9 000 personnes sont hospitalisées pour brûlures. Des hospitalisés de tous âges, mais avec une prédominance de jeunes enfants. En effet, les moins de 4 ans représentent plus d'un quart des personnes hospitalisées pour brûlure (27 %) et parmi eux, la moitié est âgée d'un an révolu. Avec en cause dans 80 % des cas, les brûlures causées par des solides et liquides chauds. Chez les enfants, très souvent hospitalisés pour brûlures, la prévention doit donc s'exercer au plus tôt, dès qu'ils commencent à marcher, souligne l'InVS. 
Quel que soit l'âge, les parties les plus fréquemment lésées sont la tête et le cou (22 %), le poignet et la main (18 %), le tronc (16 %), la hanche et le membre inférieur hors cheville et pied (13 %). S'agissant de la répartition par sexe, les hommes sont majoritairement concernés puisqu'ils représentent les deux tiers (63 %). L'étude souligne par ailleurs que les brûlures nécessitent le plus souvent des hospitalisations longues (7,5 jours en moyenne), ce qui témoigne de leur gravité. Les plus gravement atteints (12 %), pris en charge dans des services spécialisés (centres de traitement des brûlés) effectuent d'ailleurs des séjours de plus d'un mois en moyenne. Il est à noter que les conséquences des brûlures sont globalement beaucoup plus graves chez les personnes âgées : la moitié des 219 personnes décédées à l'hôpital pour brûlures en 2011 ont plus de 65 ans (pour 4 décès d'enfants de moins de 15 ans).

brulure invs
Les causes de brûlure en 2011.  © InVS

Mais comment éviter ces brûlures ? La sécurisation des intérieurs est prioritaire pour limiter le risque de brûlure, note l'InVS. Ainsi, l'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée (DAAF) sera obligatoire à partir de mars 2015 dans toutes les habitations

Pour rappel, voici les bons gestes en cas de brûlure :
- Stopper le processus de brûlure en retirant les vêtements (sauf s'ils sont collés à la peau) et en rinçant la partie brûlée pendant 15 minutes.
- Utiliser de l'eau fraîche du robinet pour réduire la température de la brûlure.
- Lors de brûlures chimiques, éliminer ou diluer l'agent chimique en rinçant abondamment.
- Entourer le patient d'un tissu ou d'un drap propre et le transporter dans l'établissement médical le plus proche.
Et ce qu'il ne faut pas faire :
- Ne pas appliquer de pommade, d'huile ou de coton brut sur la plaie.
- Ne pas appliquer de glace car elle approfondirait la brûlure.
- Éviter un rafraîchissement prolongé à l'eau car cela pourrait entraîner une hypothermie.
- Ne pas percer les ampoules tant que des antibiotiques locaux n'auront pas été appliqués, par un médecin.
- N'appliquer aucun tissu directement sur la blessure car elle risquerait de s'infecter.
- Éviter l'application locale de médicaments tant que le patient n'a pas été placé sous traitement médical approprié.
(Sources : InVS, OMS