Hépatite B : prévenir et dépister, les clés pour enrayer l'épidémie

Les Français connaissent très mal les risques liés à l'hépatite B. C'est pourquoi, à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre cette maladie, SOS Hépatites et le laboratoire Bristol-Myers Squibb lancent une campagne d'information.

L'hépatite B a beau être célèbre, elle demeure méconnue, notamment en ce qui concerne sa dangerosité et sa contagiosité. Jugez plutôt.

 300 000 personnes en France sont actuellement porteuses d'une hépatite B chronique. La moitié de ces personnes ignorent être malades.

 Si 86 % des Français déclarent avoir entendu parler de la maladie, quelque 67 % concèdent tout de même être mal informés sur l'hépatite B.

 La preuve : ils ne sont que 10 % à citer spontanément l'hépatite B comme une maladie infectieuse qui se transmet par voie sexuelle, sanguine ou de la mère à l'enfant.

 La majorité des Français n'a pas non plus conscience de la gravité de cette maladie.

Virus très contagieux  

Et pourtant... Cette maladie est très loin d'être anodine puisqu'elle représente la dixième cause de mortalité dans le monde. L'hépatite B est due au Virus HBV qui s'infiltre dans le sang, par voie sexuelle, sanguine ou par transmission de la mère à l'enfant. Il peut provoquer une inflammation du foie. Si cette hépatite n'est pas traitée et devient chronique, elle risque d'entraîner des lésions graves et irréversibles du foie, allant parfois jusqu'à la cirrhose ou au cancer. Or, le foie est un organe primordial pour le fonctionnement de notre organisme puisqu'il régit environ 500 fonctions. Fabrication d'énergie, stockage des vitamines et minéraux, coagulation du sang... Bref : sans foie, pas de fonctionnement possible.

La maladie présente deux autres aspects qui la rendent particulièrement redoutable : dans 60 % des cas, elle est asymptomatique, c'est-à-dire que le virus peut se développer dans le sang du malade sans que celui-ci développe les symptômes traditionnels (fièvre, grande fatigue, teint et yeux jaunes, etc.).  Pour beaucoup de personnes contaminées, le virus ne se développera pas. Mais pour d'autres, l'hépatite devient chronique et peut n'être détectée que lorsque le foie commence à souffrir significativement, au bout de plusieurs années. Les dégâts sont déjà importants. Autre élément dangereux : le virus est extrêmement contagieux : environ 100 fois plus que le HIV, responsable du sida ! Une chance : contrairement au HIV, le vaccin contre l'hépatite B existe. Les traitements une fois que la maladie est là sont également très efficaces.

D'où la double campagne lancée cette année : prévenir et dépister rapidement. Pour informer et convaincre, un vaste plan média a été déclenché. Campagne d'affichage mais aussi à la radio, à la télé et dans la presse écrite. En parallèle, un site internet, www.hepbinfo.fr, relaie les informations. Des outils et des documents d'information pratiques seront également mis à disposition du grand public et des professionnels de santé.

 

Et aussi sur le web

Hépatite info

SOS hépatite 

Le programme PATH B, crée avec l'aide de l'Association SOS hépatites a pour vocation d'améliorer les connaissances des personnes sur l'hépatite B et d'accompagner les maladesdepuis le diagnostic jusqu'au traitement à long terme afin de mieux vivre la pathologie et à renforcer le dialogue patient-médecin.