Etes-vous en dette de sommeil ?

Une enquête s'est penchée sur les habitudes de sommeil des Français. La majorité dort entre 6 et 8h par nuit, mais reste au lit 1h de plus le week-end. Selon les spécialistes du sommeil, cette récupération n'est pas suffisamment reposante... Explications.

Etes-vous en dette de sommeil ?
© racorn - 123 RF

Les Français dorment en moyenne 7h07 en semaine et 8h04 le week-end, selon la dernière enquête INSV/MGEN, publiée à l'occasion de la 17e journée du sommeil. Cette répartition du sommeil est révélatrice d'un phénomène observé dans tous les pays industrialisés, à savoir : le rythme imposé par les horaires de la semaine entraîne un manque de sommeil, compensé le week-end par des nuits plus longues. C'est ce qu'on appelle la dette de sommeil. Et personne n'y échappe ! Les plus affectés sont les petits dormeurs (25% des Français), qui dorment moins de 6 h par nuit pendant la semaine, mais qui, le week-end, dorment près d'1h30 de plus. Quant à ceux qui dorment entre 6 et 8 h (45% des Français), ils prolongent leur nuit d'1h en moyenne le week-end. Mais, les gros dormeurs qui dorment plus de 8 heures par nuit du lundi au vendredi (30% des Français) sont eux aussi affectés par cette de sommeil. "S'ils dorment plus longtemps, ils ne dorment pas forcément mieux, commente Joëlle Adrien, Présidente de l'Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV). Eux aussi profitent du week-end pour récupérer." En moyenne, leur dette de sommeil est de 40 minutes les samedis et dimanches.

Ces heures récupérées le week-end n'ont rien d'une paresse ou d'un luxe, mais sont nécessaires pour récupérer le manque de sommeil accumulé. Sauf que cela ne suffit pas toujours : 54 % des Français jugent leur sommeil insuffisant.

Le problème, c'est qu'outre la sensation de fatigue et/ou de somnolence, la dette de sommeil a, à terme, un impact sur la santé : elle perturbe le métabolisme et augmente ainsi le risque de surpoids et de diabète de type 2. Elle augmente aussi les risques d'hypertension artérielle et de maladies cardiovasculaires, de maladies inflammatoires et de troubles de l'humeur. Elle affaiblit enfin les défenses immunitaires.

Comment limiter la dette de sommeil ? Il faudrait que chacun connaisse la durée de sommeil dont il a besoin, celle-ci étant individuelle et génétiquement déterminée. En pratique, le sommeil dont on a besoin est celui par lequel on se sent dans la meilleure forme possible en se réveillant et pendant la journée suivante. Et pour corriger le tir et venir à bout de ce manque de sommeil chronique, que faire ? "Même si ce n'est pas facile, il faut essayer de dormir un peu plus la semaine, en se fixant comme objectif de dormir autant la semaine, que le week-end", conseille Joëlle Adrien.

La sieste, pour récupérer ? 39 % des Français déclarent faire la sieste, en moyenne 2 à 3 fois par semaine. C'est une solution, mais seulement si elle ne dépasse pas 20-30 minutes et qu'elle est pratiquée entre 13 h et 17 h, estiment les spécialistes du sommeil.

Lire aussi