Ostéopathie : c'est (aussi) efficace quand on va bien

Aller voir un ostéo quand on a bien mal, c'est bien. Aller voir un ostéo quand on n'a pas mal c'est encore mieux. Ça fait du bien et c'est bon pour éviter le mal. Explications.

Ostéopathie : c'est (aussi) efficace quand on va bien
© Ion Chiosea - 123 RF

Les douleurs, les coups, les chocs... Emeric Goubely connaît. Il a joué au rugby pendant 20 ans au sein du Racing Club de France, c'est dire ! L'ostéopathie, il en a usé et abusé pour soigner ses lumbagos, ses cervicalgies, ses élongations d'après matchs et rétablir l'harmonie de son système musculo-squelettique et tissulaire. Mais ce qu'il a découvert c'est surtout qu'il pouvait utiliser l'ostéopathie en prévention, pour éviter les blessures intrinsèques et optimiser les entraînements.

Aujourd'hui, il est passé de l'autre côté de la barrière. Ostéopathe à Puteaux, il soigne les joueurs du Racing Club de France, et il applique aux sportifs comme aux autres tous ses principes. Avec un seul credo : "le mouvement c'est la vie".

C'est sur ces bases qu'il affirme haut et fort : aller une ou deux fois par an chez un ostéopathe permet d'éviter les douleurs. " J'aime expliquer mon métier en comparant le corps humain avec un vase vide, traduit-t-il. Au fur et à mesure des jours, le stress, les émotions, les blessures physiques ou psychologiques remplissent le vase. Le corps/vase s'adapte en toutes circonstances et continue de fonctionner correctement jusqu'à ce que le vase soit rempli. Là il déborde et ça fait mal."

Empêcher le vase de déborder

L'ostéopathe va empêcher le vase de se remplir complètement en travaillant sur la globalité du corps. Même si on n'a pas mal, même s'il n'y a aucun signe apparent, il va traiter les zones qui se trouvent en restriction de mobilité. "Même quand on ne fait pas de sport, on a des activités qui utilisent plus ou moins certains muscles. Par exemple pour quelqu'un qui est devant un ordinateur pendant des heures, son corps va s'adapter à la position de confort qui lui convient le plus souvent, mais quand il va changer de position, se lever, stimuler d'autres muscles, il peut se faire mal." poursuit-t-il.

Toute perte de mobilité des articulations, des muscles, des ligaments ou des viscères peut provoquer un déséquilibre de l'état de santé. L'ostéopathie est reconnue pour son effet sur les maux de dos, mais elle peut aussi soulager tous types de douleurs telles que le mal de ventre ou les maux de tête par exemple. Grâce à des tests palpatoires spécifiques, l'ostéopathe explore le corps à la recherche des zones qui présentent des restrictions de mouvements susceptibles d'altérer l'état de santé. Les mains de l'ostéopathe vont chercher, trouver et réharmoniser l'ensemble des structures perturbées dans leur mobilité.

L'ostéopathie préventive

En allant voir un ostéopathe une ou deux fois par an, soit on évite les douleurs et les contractures, soit on les élimine plus rapidement après un choc ou un accident. Emeric Goubely conseille de faire cette visite avant des examens, des compétitions bien sûr mais aussi avant les vacances, avant de partir au ski, de squatter les transats sur la plage ou de faire le stage de plongée qu'on a attendu toute l'année. "On vide le vase avant qu'il ne soit plein, et on évite de se faire mal et de se gâcher les vacances ! Et entre deux visites chez l'ostéo, un seul mot d'ordre : bougez (marchez, crawlez sur le dos, courez, étirez-vous…) et faites au moins trois fois par semaine des exercices de gainage", conclue-t-il.

Le gainage mode d'emploi

L'exercice de base du gainage va vous permettre de faire travailler les abdominaux grand droit et transverse. Pour cela, il vous suffit de vous mettre face au sol, de vous appuyer sur vos coudes ainsi que sur la pointe des pieds. Le but est de soulever votre bassin de manière à ce que vos talons, votre bassin et vos épaules soient alignés. Attention il est très important de ne pas creuser le dos.

Le second exercice va vous faire travailler les abdominaux obliques, et d'affiner votre taille. Pour cela, il suffit de s'allonger au sol, sur le flanc, puis de vous mettre en appui sur votre avant-bras ainsi que sur le côté de votre pied. Il faut faire attention à ce que l'ensemble de votre corps soit bien aligné et de ne pas pencher ni vers l'avant ni vers l'arrière pour que l'exercice soit pleinement efficace. Quand on débute, 20 secondes pour chaque exercice suffisent, trois fois par semaine. Ensuite au fur et à mesure vous augmenterez le temps et vous tiendrez jusqu'à 2 minutes !

 

© Medoucine

Article proposé par Sylvie Mahenc, avec Emeric Goubely, ostéopathe, membre du site Médoucine.com, la médecine douce en toute confiance.

 

 

Les explications en vidéo de Olivier Darmont, ostéopathe :

 

Lire aussi