Non, le Doliprane pédiatrique n'est pas dangereux

Une pétition prend pour cible le Doliprane pédiatrique. La raison ? Le colorant utilisé pour lui donner un goût de fraise serait cancérigène. Une pétition anxiogène qui comporte des inexactitudes.

Non, le Doliprane pédiatrique n'est pas dangereux
© pzRomashka

"SANOFI, retirez du marché les médicaments contenant des additifs cancérigènes". C'est l'intitulé d'une pétition diffusée sur la plate-forme Change.org, qui met en cause le Doliprane pédiatrique au goût de fraise. Ce sirop, donné aux enfants en cas de douleurs ou de fièvre, contient en fait de l'azorubine qui est un colorant alimentaire rouge aussi appelé carmoisine ou E122. Et selon le texte, il est cancérigène. Une pétition anxiogène lancée par Nathalie B., une mère de famille, qui a déjà recueilli près de 110 000 signatures. Pourtant, le texte contient de nombreuses erreurs. D'ailleurs, le site 66 Millions d'Impatients qui représente les usagers du système de santé, invite ses lecteurs à ne pas signer cette pétition.

Un colorant cancérigène ? Nathalie B. soutient que le E122 est présumé cancérigène selon le classement du Centre international de recherches sur le cancer (Circ) mais c'est totalement faux. En effet, selon cet organisme de référence, la carmoisine est "inclassable quant à sa cancérogénicité pour l'Homme". Autrement dit, on ne sait pas, pour l'heure, si ce colorant est cancérogène ou pas. Des recherches complémentaires sont donc nécessaires. Il est par ailleurs indiqué dans la pétition que "le E122 est actuellement interdit aux USA" mais dans ce pays, ce colorant n'a en fait pas été autorisé. En effet, la Food drug administration (FDA) explique dans un document que l'azorubine n'est pas autorisé, et non interdit, depuis 1963 car "aucune partie prenante n'a voulu réaliser les études nécessaires pour établir la sécurité de ce colorant".  Il n'empêche que même si la carmoisine se révélait cancérigène, il faudrait que l'enfant en consomme de grandes quantités pour qu'il y ait un risque de cancer. Ces inexactitudes entachent sérieusement le crédit de cette pétition.

Risque d'hyperactivité et d'allergie. Un seul argument est cependant valable dans cette pétition. Celui qui affirme que l'azorubine peut "induire ou amplifier l'hyperactivité chez l'enfant". Une étude britannique parue dans The Lancet en 2008 avait en effet observé un accroissement de l'hyperactivité chez les enfants consommant des colorants artificiels. De plus, une mention "Peut avoir des effets indésirables sur l'activité et l'attention chez les enfants" sur les produits en contenant, est imposée depuis 2010 par l'Union européenne. Les médicaments ne sont toutefois pas munis de cette note. A ce jour, un médicament contenant un ou plusieurs colorants azoïques dont fait partie le E122, voit uniquement indiquer dans sa note la notion suivante : "peut provoquer des réactions allergiques", comme l'explique Sanofi dans un communiqué. Dans celui-ci, le laboratoire tient également à rassurer les parents en affirmant que le Doliprane pédiatrique contient une infime quantité de carmoisine. Sachez également que si ce colorant est présent dans le Doliprane pédiatrique, il l'est aussi dans les sirops, les glaces, les confiseries… Si vous voulez donc l'éviter, il va donc falloir éplucher toutes les étiquettes.

Lire aussi