Les sirops contre la toux sont inutiles

Les antitussifs sont la plupart du temps inutiles, selon 60 Millions de consommateurs qui a testé leur composition. Quels sont les pires ? Verdict.

Les sirops contre la toux sont inutiles
© auremar - Fotolia.com

Après les médicaments contre le rhume, c'est au tour des sirops contre la toux d'être pointés du doigt. Clarix®, Toplexil®, Stodal®, Fluimucil®… Dans son édition datée du mois de novembre, 60 Millions de consommateurs a passé en revue la composition de 37 médicaments contre la toux disponibles en pharmacie sans ordonnance. Verdict : leur efficacité est très modeste.

La toux fait partie des petits maux de l’hiver, désagréables mais le plus souvent bénins. En l’absence de fièvre ou de signes alarmants (difficultés respiratoires, douleurs…), on peut donc la soigner en automédication. Mais qui dit automédication, ne dit pas forcément médicaments. En effet, la plupart d’entre eux ne seront pas efficaces pour la stopper.

Si c'est une toux grasse, sachez qu'elle est utile pour éliminer les sécrétions bronchiques. La toux participe donc en elle-même à la guérison. Les antitussifs sous forme de fluidifiants bronchiques ou expectorants, qui n’ont pas fait la preuve de leur efficacité, ne sont d'ailleurs pas recommandés par les autorités de santé pour soulager une toux grasse. Pire, ils contribuent à encombrer encore davantage les voies respiratoires. Mais si les antitussifs sont inutiles, alors pourquoi fleurissent-ils dans les pharmacies à l’entrée de l’automne ? C’est la question que s’est posé le Magazine 60 Millions de Consommateurs. L’association de consommateurs a donc étudié la composition de 13 sirops (et comprimés) contre la toux grasse. Conclusion attendue : la plupart n’ont rien à faire dans nos armoires à pharmacie, même si (heureusement), ils n’exposent pas à des effets indésirables dangereux. Selon 60 Millions de Consommateurs, seul Medibronc® présente un rapport bénéfice/risque défavorable.

Si c'est une toux sèche, signe que votre appareil respiratoire (gorge, trachée) est irrité, les antitoussifs ne sont pas plus indispensables. Selon 60 Millions de consommateurs, la plupart sont sans intérêt, même si certains dont l’efficacité est "modérée" peuvent avoir une utilité. Parmi les 24 médicaments contre la toux sèche testés, l'association conseille, "si vous y tenez vraiment", les antitussifs au dextrométhorphane, à savoir : Atuxane sirop®, Clarix® sachets buvables, Tussidane® (sirop et comprimés). A noter qu’ils s’accompagnent parfois d’effets indésirables (somnolences, nausées, constipation…) et qu’ils font parfois l’objet d’utilisation détournée chez les adolescents et les toxicomanes. Les médicaments à la codéine, même s’ils doivent aussi être utilisés avec précaution, comme le Tussipax®, présentent aussi un rapport bénéfice/risque favorable. A l’inverse, 30 Millions de Consommateurs juge que cinq produits sont à proscrire, en raison d’une formulation "aberrante" ou d’un degré d’alcool trop élevé : Clarix toux nocturnes, Theralène, Néo-Codion, Rhinathiol, Thiopectol.

Enfin, selon la Haute autorité de santé, l’utilisation d’un antitussif ne doit pas excéder 3 à 5 jours. D’ailleurs, si votre toux s'éternise, qu'elle s'accompagne de fièvre, de crachats, etc. il faut consulter un médecin. Chez l'enfant, les sirops ne doivent jamais être utilisés en automédication. 

Et si vous dormez mal la nuit à cause de vos quintes de toux, vous pouvez surélever votre oreiller et utiliser un humidificateur d'air. Vous pouvez aussi mettre une grande bassine d'eau près de votre lit ou placer un linge mouillé sur votre radiateur. Cela rendra l'atmosphère de votre chambre plus humide et empêchera votre gorge de s'irriter davantage.  

Lire aussi