Diabète de type 1 : mieux reconnaître les symptômes chez l'enfant De plus en plus d'enfants diabétiques

On connait bien le diabète de type 2, qui touche 90 % des diabétiques et qui apparait très progressivement avec l'âge en présence d'un certain nombre de facteurs de risque (antécédents, surpoids, sédentarité...). On connait finalement peu le diabète de type 1, moins fréquent, mais dont les conséquences peuvent être tout aussi graves s'il n'est pas pris en charge. C'est un diabète qui apparait principalement pendant l'enfance ou l'adolescence et dont le diagnostic est généralement brutal. Parmi les enfants diagnostiqués comme diabétiques, 95 % à 98 % ont un diabète de type 1.

l'incidence du diabète de type 1 augmente en france et les enfants sont de plus
L'incidence du diabète de type 1 augmente en France et les enfants sont de plus en plus touchés. © Eric Gevaert - Fotolia.com

Son incidence augmente en France et les enfants sont de plus en plus touchés. En 2010, environ 18 000 enfants sont traités et 2 700 nouveaux cas ont été diagnostiqués* dans la tranche d'âge des 0 à 19 ans. La fréquence du diabète de type 1 a doublé en 30 ans chez les 0-15 ans, alors qu'elle a doublé en seulement 15 ans chez les moins de 5 ans**."Cette tranche d'âge (les moins de 5 ans) représente 25 % des cas de diabète de type 1 actuellement. Auparavant, on voyait rarement des diabètes de type 1 chez les tout-petits enfants", note Carine Choleau, docteur en physiologie et chargée des Missions Scientifiques à l'Aide aux jeunes diabétiques (AJD). En outre, "nos dernières données de l'observatoire AJD mettent en évidence six décès et deux cas de séquelles neuro-développementales graves entre 2011 et 2015, ce qui est inacceptable."

A l'heure actuelle, on n'a pas d'explication, seulement des hypothèses, à cette augmentation du diabète de type 1 chez les jeunes. "Ce que l'on sait, c'est que le diabète est provoqué par la destruction de certaines cellules du pancréas. Il s'agit d'une maladie auto-immune, autrement dit ce sont les mécanismes de défense de l'organisme qui se retournent contre ces cellules et les agressent", explique Carine Choleau. Cette destruction auto-immune se produit chez des personnes ayant des facteurs génétiques de prédisposition. Mais la génétique n'explique pas tout : des facteurs d'environnement sont responsables d'environ 50 % du risque de survenue du diabète.

Il existe plusieurs hypothèses pour expliquer pourquoi le système de défense se trompe de cible. Cela pourrait être l'existence de virus de l'environnement qui auraient des similarités avec les certaines cellules du pancréas. Aussi, l'organisme de l'enfant qui entre en contact avec ce virus, fabrique normalement des anticorps pour lutter contre ce virus. Mais les cellules béta du pancréas ont à leur surface des molécules assez semblables à certains constituants du virus rencontré. Du coup, le système de défense les attaquerait. "Le système immunitaire se tromperait de cible en quelque sorte", précise Carine Choleau. Une fois ces cellules détruites, le pancréas ne peut plus fabriquer d'insuline, ce qui conduit au diabète. Autre hypothèse, la théorie hygiéniste. L'utilisation trop importante d'antibiotiques, de vaccins et globalement le fait de vivre dans un environnement aseptisé, trop "propre", pourrait expliquer en partie la progression des maladies auto-immunes. Enfin, l'alimentation (protéines de lait de vache, gluten...) pourraient également jouer un rôle sans que rien ne soit non plus démontré pour le moment.

*Données Cnam, 2010.
** Rapport IGAS, avril 2012

Sommaire