Maladies de la thyroïde : symptômes et traitements Hormones de synthèse, antithyroïdiens et iode

les hypothyroïdiens seront contraints de prendre une hormone de substitution
Les hypothyroïdiens seront contraints de prendre une hormone de substitution tous les matins, à jeun. © micro10x - Fotolia

 Dans les cas d'hypothyroïdie, puisque la glande ne produit plus assez d'hormones, il "suffit" de fournir au corps une hormone de substitution pour qu'il se remette à fonctionner normalement. La plupart du temps, ce médicament ne reproduit que l'hormone T4, tetraiodothyronine. En France,

il est commercialisé sous le nom de Levothyrox®. Cette hormone de synthèse existe dans plusieurs dosages, allant de 25 µg à 200 µg. Pour trouver le dosage approprié, il faut parfois tâtonner. "C'est à l'endocrinologue d'évaluer tous les critères, taille, poids... Pour trouver le plus vite possible le dosage adéquat", commente le Dr Sallée. Le patient devra prendre ses comprimés le matin à jeun, toute sa vie.

 L'hyperthyroïdie est plus compliquée à traiter car il faut carrément bloquer l'action des hormones produites en excès. Pour ce faire, des antithyroïdiens ont été mis au point. Leur but est de ralentir l'activité de la thyroïde. Cela fonctionne rarement aussi bien que l'inverse.

 L'iode radioactif est utilisé pour détruire les parties indésirables dans la thyroïde, que ce soient les nodules ou d'éventuels restes de cellules cancéreuses. La thyroïde est la seule partie du corps qui se sert de l'iode. Ce dernier sera donc capté par elle, et en priorité par les nodules, qui se trouveront ainsi brûlés. Lorsque l'on a procédé à l'ablation de la thyroïde pour cause de cancer, on administre après la chirurgie des doses d'iode radioactif, pour détruire d'éventuels tissus résiduels. "Cela nous permet de nous assurer qu'il n'y a plus rien, commente François-Xavier Sallée. Ainsi, si jamais quelque temps après, lors d'un contrôle, on constate qu'il y a réapparition de petits morceaux de thyroïde, on saura qu'il s'agit du cancer qui repart et l'on pourra traiter."

Sommaire