Maladies de la thyroïde : symptômes et traitements Les facteurs de risques des maladies de la thyroïde.

notre nourriture, si elle est riche en sel, reste pauvre en iode. un véritable
Notre nourriture, si elle est riche en sel, reste pauvre en iode. Un véritable facteur de risques pour les pathologies de la thyroïde. © Pavel Sazonov - Fotolia

On n'a pas encore trouvé de gène de la thyroïde défectueuse ou identifié un polluant responsable de l'hyperthyroïdie. Mais il existe certains facteurs de risques assez clairs, qui favorisent l'apparition de dérèglements de cette glande.

 "Il y a clairement un terrain familial pour certaines pathologies, souligne le Pr Delemer. C'est surtout vrai pour les goitres (thyroïde anormalement développée, NDLR) et les maladies auto-immunes, où c'est le corps lui-même qui provoque l'hyper ou l'hypothyroïdie." Le Dr Sallée estime quant à lui qu'il y a bien un terrain familial, "mais les pathologies peuvent varier d'une personne à l'autre au sein de la même famille". Ainsi, le père pourra développer un cancer tandis que les enfants souffriront de nodules, de goitre ou d'hyperthyroïdie par exemple.

 D'un point de vue environnemental, "nous souffrons incontestablement d'une carence iodée, estime Brigitte Delemer. La thyroïde utilise de l'iode pour fonctionner. Or il y en a très peu dans notre alimentation. Le sel que nous utilisons pour cuisiner est peu iodé et l'on nous apprend à l'utiliser avec parcimonie. Quant au sel des plats cuisinés, il ne contient carrément pas d'iode. Nous avons donc un déficit de ce point de vue." Le problème se retrouve un peu partout en Europe, excepté dans les pays nordiques qui ont réglé la question grâce à une politique de iodation. "Depuis, le nombre de personnes atteintes de pathologies thyroïdiennes s'est effondré, surtout chez les enfants. La Société française d'endocrinologie (SFE) est pour une telle politique, mais il faut réfléchir à la manière de le faire. C'est un problème délicat dans la mesure où certaines personnes, souffrant d'un goitre par exemple, peuvent développer une hyperthyroïdie s'ils ont une alimentation iodée."

 Le tabagisme constitue un autre facteur de risque. Il contient une substance goitrigène et intervient également de façon néfaste dans le cas de la maladie de Basedow. Il est souvent responsable du caractère exorbité des yeux de ces hyperthyroïdiens.

 Sans que l'on puisse réellement déterminer l'étendue de son influence, le stress joue également "un rôle majeur dans certaines pathologies", note le Dr Sallée.

 Les pesticides et autres polluants chimiques pourraient également avoir un rôle, bien qu'il ne soit pas encore clairement établi.

Sommaire