Comment soigner un aphte ? Aphtes récidivants et maladies aphteuses : des traitements plus lourds

des traitements de fond existent contre les aphtes récidivants.
Des traitements de fond existent contre les aphtes récidivants. © iStockphoto/Thinkstock

Si vous souffrez d'aphtes chroniques (plusieurs épisodes par an) ou d'une aphtose généralisée à plusieurs régions de l'organisme, des traitements de fond peuvent vous aider à réduire ou même supprimer les poussées.

 Lorsqu'une maladie sous-jacente est détectée, il s'agit bien évidemment de la traiter. La disparition des aphtes découlera du traitement de cette pathologie.

Mais s'il s'agit d'aphtes récidivants sans autres symptômes, alors le dermatologue optera probablement pour l'une des trois solutions suivantes.

 Le pentoxyfilline (commercialisé sous le nom Torental) apporte souvent un bénéfice. Il présente l'avantage de n'avoir que peu d'effets secondaires.

 La colchicine est généralement utilisée pour traiter les crises de goutte. Mais elle fonctionne aussi très bien sur les crises d'aphtes, sans qu'on sache trop bien pourquoi. "Elle est efficace dans environ deux-tiers des cas après un traitement sur le long terme", confirme le Dr Husson.

 Lorsque rien ne fonctionne, le dernier recours est l'E-thalidomide. Mais il a très mauvaise presse car il peut être dangereux pour le fœtus chez la femme enceinte. Beaucoup de bébés issus de mamans qui avaient pris du Thalidomide pendant la grossesse (une période, d'ailleurs, pendant laquelle les aphtes sont fréquents) sont nés sans membres. "Alors aujourd'hui, si l'on prescrit cette molécule a une femme en âge de procréer, c'est de façon très encadrée, décrit le Dr Husson. Elle doit prendre une contraception et faire des tests de grossesse tous les mois, le tout de façon contrôlée."

Sommaire