10 symptômes expliqués Chéri, tu ronfles !

Le ronflement, ce bruit qui peut être très léger comme un ronronnement ou vraiment insupportable parce que trop fort, presque violent, est un phénomène respiratoire. Dans tous les cas, le ronflement est variable selon les personnes et l'état de santé. Chaque personne a un ronflement unique. Il correspond à la vibration de la luette et du voile du palais au moment de la respiration. La luette est un muscle, son relâchement provoque une augmentation de la vibration et donc des ronflements.

La prise de poids, l'âge et les maladies

Mais la taille de la langue ou encore la longueur du pharynx entrent aussi en considération dans le fait de ronfler ou pas. Le poids est aussi à prendre en compte. En effet, une prise de poids implique une augmentation de la graisse corporelle au niveau du ventre, des fesses, des cuisses mais aussi dans la gorge. La réduction du diamètre de la gorge augmente donc les ronflements.

Avec l'âge et la ménopause, les tissus et muscles perdent de leur élasticité en général et ceux de la gorge aussi. Les ronflements peuvent être plus nombreux lors du vieillissement, d'autant que la prise de poids est généralement courante à cette période de la vie.

Lorsqu'on est enrhumé, âgé ou non, obèse ou non, nous avons tous tendance à ronfler. Et ce n'est pas étonnant puisque nous avons vu que c'est l'air qui passe par le palais qui est responsable des ronflements. Lorsque notre nez est bouché nous ne respirons donc que par la bouche, d'où un passage d'air plus important et donc des ronflements plus bruyants.

Le tabac aggrave les ronflements

Les personnes qui fument ont aussi une prévalence au ronflement liée à leur activité tabagique. La muqueuse nasale des fumeurs est irritée par la fumée du tabac, elle enfle et limite le passage de l'air.

Enfin, certains médicaments peuvent aussi entraîner un relâchement musculaire (les tranquillisants, par exemple) et augmenter les risques de ronflements. L'alcool a le même effet sur les muscles.

Sommaire