Vente en ligne de médicaments : mode d'emploi

Les Français peuvent dès à présent acheter des médicaments sans ordonnance via des sites internet. Une révolution dans le commerce du médicament jusque-là très encadré. Comment ? Par qui ? Quels médicaments ? Réponses.

Vente en ligne de médicaments : mode d'emploi
© Alexander Raths - Fotolia.com

Ça y est ! L'arrêté publié le 23 juin dernier par le Journal Officiel est entré en vigueur ce vendredi 12 juillet. 4 000 médicaments sans ordonnance, pourront désormais être commercialisés sur la toile. Un commerce rigoureusement encadré dont les objectifs restent avant tout la protection des patients ainsi que la lutte contre la contrefaçon.
Pour contrecarrer l'émergence d'éventuels sites frauduleux, seules les officines traditionnelles sont autorisées à disposer de leur propre espace de vente sur le net. Et ce risque n'est pas pris à la légère. En 2012, les saisies de produits falsifiés n'ont pas faibli. Pire, elles se sont accrues de 45 %. Il est ainsi fortement recommandé de vérifier au préalable si le site sur lequel on se rend est certifié. Pour cela, l'Ordre des pharmaciens et le ministère de la Santé tiendront régulièrement à jour la liste des pharmacies autorisées par les Agences régionales de santé (ARS). Par ailleurs les médicaments doivent être présentés "de façon objective, claire et non trompeuse". Seuls le nom commercial, les indications thérapeutiques, la forme pharmaceutique (comprimé, gélule, sachet...), le nombre d'unités et le prix seront les mentions tolérées. Aussi, les notices en ligne mentionnant les doses et les précautions doivent pouvoir être imprimées sur les sites dans un souci d'indépendance envers l'industrie pharmaceutique (ni lieu, ni subvention). Le pharmacien devra "assurer personnellement la délivrance" stipule également le texte de l'arrêté, que la livraison se fasse à domicile ou sur place en officine. Aucun médicament ne pourra être vendu sans qu'un échange interactif pertinent ne soit rendu possible avant la validation de la commande. Reste encore à convaincre la population générale de ce mode de distribution. En effet, plus de 8 Français sur 10 déclarent ne pas être prêts à acheter des médicaments sur le net.

La vente de médicaments en grandes surfaces ?

Telle fut l'hypothèse émise par l'Autorité de la concurrence dans le but de faire baisser les prix. Une proposition qui aura suscité de vives réactions, notamment au sein du domaine pharmaceutique actuellement détenteur du monopole de cette vente. Marisol Touraine, Ministre de la Sante, a souhaité s'exprimer sur le sujet. Et le message est clair : la vente de médicaments en grandes surfaces n'est "pas envisagée par le gouvernement". Ce dernier mettant un point d'honneur à maîtriser la consommation de médicaments dans un cadre médical.

Source : AFP

EN VIDEO :