Téléphone portable et cancers : une étude qui rassure

Publiée dans le Journal of The National Cancer Institute, une étude réalisée avec les données du Danemark, de la Finlande, de la Norvège et de la Suède avait pour but de définir l'évolution du nombre de tumeurs au cerveau entre 1974 et 2003. Cette étude a été mise en place pour évaluer ou non l'incidence des téléphones portables et différentes ondes sur le cerveau. Les téléphones portables n'étant entrés dans nos vies qu'à partir du milieu des années 90, les données d'avant ces dates permettent donc une juxtaposition entre deux époques : avant et après l'arrivée des mobiles.
Les résultats de l'enquête montrent que l'introduction des téléphones portables n'a pas fait augmenter le nombre de cancers du cerveau. Les courbes d'évolution des cancers ne montrent pas de rupture avec l'arrivée des mobiles. Portant sur près de 60 000 personnes (de plus de 20 ans) qui ont souffert d'une des deux principales tumeurs du cerveau (gliome ou méningiome), le nombre de cas récents n'a augmenté que de 0,5 % par an chez l'homme et 0,2 % chez la femme en ce qui concerne le premier type de tumeur. La croissance pour le second type de tumeurs en 30 ans est de 0,8 % chez les hommes et 3,8 % chez les femmes. Les enfants ne sont pas étudiés et ne rentrent donc pas dans ces résultats.
Les chercheurs expliquent cette augmentation régulière par plusieurs facteurs. D'abord un meilleur diagnostic grâce à l'évolution des techniques (scanner et IRM) mais aussi l'augmentation de l'espérance de vie qui inexorablement entraîne une augmentation du nombre de cancers. Les chercheurs chargés de l'étude concluent que l'augmentation des cancers du cerveau ne peut pas être liée à l'utilisation du téléphone portable même si le risque ne peut être totalement rejeté en raison du manque de recul.Une seconde étude massive est en cours (étude Interphone) et les premiers résultats coïncident, avec néanmoins une réserve pour les gros utilisateurs.

Source : Journal of The National Cancer Institute