Le stress multiplierait par deux le risque de crise cardiaque

Les personnes dites stressées sont plus exposées aux risques d'infarctus d'où l'importance de leur accorder une attention clinique particulière, selon une équipe de chercheurs de l'Inserm.

Le stress multiplierait par deux le risque de crise cardiaque
© Yuri Arcurs - Fotolia.com

Pression au travail, problèmes financiers, tensions familiales... Les causes du stress sont diverses et variées. Il a déjà été prouvé qu'il pouvait engendrer des effets néfastes sur la santé (maladies cardiovasculaires, hypertension, diabète...). Menée par l'unité du Centre de recherche en épidémiologie et Santé des populations de l'Inserm, une étude confirme l'importance d'être particulièrement vigilant à l'égard des personnes se déclarant stressées. Et pour cause : parmi les 7268 participants à l'enquête, ceux estimant que le stress affecte "beaucoup" ou "extrêmement" leur santé auraient 2 fois plus de risque de décéder d'une crise cardiaque. Un bilan dressé après avoir étudié la relation entre le ressenti de ces individus et la survenue de maladies cardiaques quelques années plus tard. Publiés dans la revue European heart Journal, ces résultats suggèrent que les personnes sujettes à l'angoisse ont une perception très précise de l'impact du stress sur leur santé. Toutefois, les capacités à surmonter le stress varient significativement. En particulier selon le soutien de l'entourage qui diffèrent d'un individu à un autre.
Membre de l'unité de recherche, Hermann Nabi insiste ainsi sur cette nécessité de prendre en charge cliniquement les personnes qui se plaignent de l'influence du stress sur leur santé "car elles peuvent indiquer un risque accru de développer une maladie coronarienne ou d'en mourir". "Les futures études de stress devraient inclure les perceptions des patients sur l'impact du stress sur leur santé", a-t-il ajouté. Reste à savoir si le risque de maladie peut être revu à la baisse en ayant un suivi clinique particulier à l'attention de ces personnes anxieuses.


Source : Inserm, juin 2013.


Lire aussi :