SRAS

Le SRAS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère) ou SARS-CoV appartient à la famille des coronavirus et est donc cousin du virus MERS-Coronavirus. Il est responsable de maladies respiratoires graves, parfois létales. Le SRAS est une maladie émergente : cette infection récente est en effet due à des modifications ou des mutations d’un autre virus.

Alerte mondiale en 2003. Le virus du SRAS est apparu pour la première fois en Chine en novembre 2002, et s’est largement répandu dans le monde entier en 2003. 8 000 cas ont ainsi été recensés, dont près de 800 morts. Le 12 mars 2003, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) avait lancé une alerte mondiale encourageant très largement l’isolement et la mise en quarantaine des personnes touchées. L’épidémie avait ainsi pu être contenue.

Des symptômes proches de ceux de la grippe. Le SRAS se manifeste par une forte fièvre de plus de 38°C, de la toux, des frissons, des douleurs musculaires, des maux de tête, et des difficultés à respirer. Il peut s’accompagner de diarrhées parfois sévères. Le taux de mortalité est voisin de 15 % mais peut atteindre jusque 50 % chez les personnes âgées de plus de 65 ans ou les personnes immunodéprimées.

Un virus qui se transmet par voie aérienne. Le SRAS se transmet d’un homme à l’autre par l’air, par le biais de gouttelettes de salive en suspension. Il n’existe actuellement pas de traitement spécifique, mais l’Organisation Mondiale de la Santé estime que la contamination se cantonne aux cas de contacts directs et prolongés avec une personne malade, à moins d’un mètre de distance.

Actualités